Pompiers
Accueil  •  FAQ  •  Contact  •  Liste des Membres  •  Vos dpartements  •   S'inscrire sur Forum Pompier  •   Messages Privs  •   Connexion
Forum Pompier : le forum ddi au mtier de sapeur-pompier

Vous ne pouvez pas participer car vous n'êtes pas inscrit : inscription gratuite !
Reportage relation SP et autres partenaires


Voir le sujet suivant
Voir le sujet prcdent
Rpondre au sujet
Auteur Message
Predator
Vtran
Vtran


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 01 Juil 2006
Messages: 6146

MessagePost le: 05 Jan 2008, 14:38 Rpondre en citant Revenir en haut de page

le trajet domicile / travail correspond au trajet LE PLUS DIRECT entre le domicile et le travail.
Un collgue quittant le lieu de tarvail pour emmener un victime n'entre pas dans ce cas.

C'est du vcu...

Donc libre au salari de faire un transport sous SA responsabilit.
Un salari est rmunr pour un travail dans une enreprise, pas pour faire le taxi!

_________________
PFG1, PFG2
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message priv Photos pompiers du membre Predator
Vignemale
Habitu
Habitu


Sexe: Sexe:Fminin
Inscrit le: 24 Nov 2007
Messages: 84

MessagePost le: 05 Jan 2008, 16:59 Rpondre en citant Revenir en haut de page

joebar78740 a crit:
le trajet domicile / travail correspond au trajet LE PLUS DIRECT entre le domicile et le travail.
Un collgue quittant le lieu de tarvail pour emmener un victime n'entre pas dans ce cas.

C'est du vcu...

Donc libre au salari de faire un transport sous SA responsabilit.
Un salari est rmunr pour un travail dans une enreprise, pas pour faire le taxi!


Bonjour,

C'est pratique d'avoir la maison une employe de la scu qui gre ce genre de problme.
Elle me confirme les propos de joebar78740.

Bonne journe
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message priv
brembored
Rfrent ENGINS
Rfrent ENGINS


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 07 Juin 2005
Messages: 12052
Localisation: Rhne-Alpes

MessagePost le: 05 Jan 2008, 17:25 Rpondre en citant Revenir en haut de page

Eh bien dans ce cas, AP et facturation du transport la bote, puisque l'accident a eu lieu sur le lieu de travail.
Normal, non?

Au moins pour les finances publiques...

_________________
Sauvons les CPI http://opti-secours.over-blog.fr/
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message priv Photos pompiers du membre brembored
zagamore
Passionn impliqu
Passionn impliqu


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 07 Juil 2006
Messages: 899

MessagePost le: 05 Jan 2008, 19:01 Rpondre en citant Revenir en haut de page

brembored a crit:
Eh bien dans ce cas, AP et facturation du transport la bote, puisque l'accident a eu lieu sur le lieu de travail.
Normal, non?

Au moins pour les finances publiques...


euh...non. si accident de travail, remise du triptyque qui va bien par l'employeur, prise en charge de tout AP, frais , etc....par le rgime des accident du travail, auquel cotisent tous les employeurs (a moins que ce soit une branche de la CNAM, j'sais plus).
si trop d'accidents , la cotisation des employeurs concerns augmente (qui casse plus, paye plus smile_top ) !
zag
on digresse, l, quand mme. un peu. si, si :)
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message priv
clem49
Passionn
Passionn


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 04 Juil 2007
Messages: 342
Localisation: Angers

MessagePost le: 05 Jan 2008, 23:03 Rpondre en citant Revenir en haut de page

brembored a crit:
Eh bien dans ce cas, AP et facturation du transport la bote


Mme pas, pourquoi envoyer une AP quand l'tat du client ne le justifie pas???
Pris en charge par la bote ou la scu, peu importe.
Et avec une affection bnigne, voire superficielle, qu'est-ce qui l'empche de monter dans sa p'tite voiture et d'y aller lui-mme.
Pas forcment besoin de collgue.

joebar78740 a crit:
Un salari est rmunr pour un travail dans une enreprise, pas pour faire le taxi!


Une AP non plus n'est pas l pour faire le taxi pour tout ou n'importe quoi.
Si c'est la bote qui appelle directement l'AP, pas de prescription, donc c'est elle mme qui paie.
Ou alors l'AP est appele par un medecin (du travail ou pas), donc prescription mdicale = remboursement scu
Ou encore, appel ou 15 (ou 18 puis rgulation) et faut que ce soit justifi pour engager une AP.

Et une AP engage par un centre 15 cote plus cher la socit qu' la demende d'un mdecin.
La prise en charge de la scu + mutuelle ou CMU (donc 100% rembours)
+ la prime SAMU verse l'ambulancier (~120 chez nous)
Et tout a, c'est l'argent du contribuable.

Une ambulance (blanche ou rouge, peu importe), quand il y'en a pas besoin, a sert rien.
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privMSN Messenger Photos pompiers du membre clem49
Predator
Vtran
Vtran


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 01 Juil 2006
Messages: 6146

MessagePost le: 06 Jan 2008, 02:04 Rpondre en citant Revenir en haut de page

clem49 a crit:

Une AP non plus n'est pas l pour faire le taxi pour tout ou n'importe quoi.
Si c'est la bote qui appelle directement l'AP, pas de prescription, donc c'est elle mme qui paie.
Ou alors l'AP est appele par un medecin (du travail ou pas), donc prescription mdicale = remboursement scu
Ou encore, appel ou 15 (ou 18 puis rgulation) et faut que ce soit justifi pour engager une AP.


Dans tous les cas, ce n'est pas un collgue de faire le transport....

Les consignes dans de nombreuses boites consistent faire un appel au C15 pour avoir un avis mdical qui fera le ncessaire(formation SST).
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message priv Photos pompiers du membre Predator
clem49
Passionn
Passionn


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 04 Juil 2007
Messages: 342
Localisation: Angers

MessagePost le: 06 Jan 2008, 11:50 Rpondre en citant Revenir en haut de page

joebar78740 a crit:
Les consignes dans de nombreuses boites consistent faire un appel au C15 pour avoir un avis mdical qui fera le ncessaire(formation SST).


On est d'accord, c'est ce qu'un SST apprend dans sa formation.
Mais SST ne veut pas forcment dire asSiST, mme secouriste, il y des situations dans lequelles on n'appelle pas le centre 15.
Cas typique de la gastro en ce moment.
Beaucoup appellent car il faut ABSOLUMENT une AP pour leur collgue qui vomit.
Eh bah, il prend sa voiture et il prendra rendez-vous chez son toubib en rentrant chez lui.
Et il n'a mme pas besoin d'tre accompagn par un collgue.

Mais comment faire passer (et surtout comprendre) le message dans une socit d'assists procduriers.

A+ Clem.
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privMSN Messenger Photos pompiers du membre clem49
seneque
Rfrent TEXTES
Rfrent TEXTES


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 14 Sep 2006
Messages: 2924

MessagePost le: 06 Jan 2008, 12:07 Rpondre en citant Revenir en haut de page

clem49 a crit:

Mais comment faire passer (et surtout comprendre) le message dans une socit d'assists procduriers.


En facturant systmatiquement sans remboursement possible.
Cel marche pour les destructions d'insectes....

a+

_________________
Plutt que de savoir ce qui a t fait, combien il vaux mieux chercher ce qu'il faut faire
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message priv
clem49
Passionn
Passionn


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 04 Juil 2007
Messages: 342
Localisation: Angers

MessagePost le: 06 Jan 2008, 12:49 Rpondre en citant Revenir en haut de page

seneque a crit:
clem49 a crit:

Mais comment faire passer (et surtout comprendre) le message dans une socit d'assists procduriers.

En facturant systmatiquement sans remboursement possible.
Cel marche pour les destructions d'insectes....


Mais a c'est pas possible, un transport en ambulance, si c'est sur prescription mdicale (SAMU ou mdecin priv),
c'est considr comme un "acte de soin", donc pris en charge par la scu.

Aprs il est vrai que toutes les prescriptions ne sont pas justifies.
A charge des SAMU et mdecins de ne pas faire les prescriptions inutiles, mais l, il y'a du boulot!
Il faudrait que chacun y mette du sien, mais a, c'est pas facile.
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privMSN Messenger Photos pompiers du membre clem49
Predator
Vtran
Vtran


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 01 Juil 2006
Messages: 6146

MessagePost le: 07 Jan 2008, 09:38 Rpondre en citant Revenir en haut de page

Bonne lecture Wink

Citation:
DECEMBRE 2007 : RELATIONS 15 -18
Aprs quelques effets mdiatiques causs par la sortie du Manifeste Sauver le secours personnes , le sujet reste d'actualit pour les sapeurs-pompiers et leur Fdration. Si communiqus de presse et interviews se succdent, dans les faits, c'est au quotidien que Samu, SMUR et sapeurs-pompiers travaillent cte cte au profit des victimes.

Cte cte ou ensemble ? Cette seule question est un fil d'Ariane. Il est des dpartements o les bonnes volonts et intelligences partages ont permis d'aboutir une relative quitude, d'autres o les tensions sont quotidiennement palpables. Le sujet est tellement vaste qu'il mrite d'tre abord par thmes, faisant qu'au sein d'un mme dpartement le ressenti sur cette relation est par moments contradictoire selon le thme.

Tour d'horizon des sujets qui parfois sont sources d'accrochages.

(Textes : Isabelle Forestier, SP Magazine n996, dcembre 2007)
Paroles de pompiers
Image

crdits photo : Bertrand Thry / Sdis 62
Des interventions pour secours personnes dont le nombre ne cesse daugmenter; une confusion entre prompt secours, assistance et, parfois, assistanat; une multiplicit des acteurs de lurgence et des choix parfois surprenants dans lengagement des uns ou des autres ; victimes de leur succs, des centres 15 surchargs De fait, des temps de rponse incompatibles avec lurgence, engendrant le mcontentement de la population et la mise en porte--faux des intervenants; une rgulation mdicale qui ne se contente plus de grer lorientation de la victime vers le plateau technique le plus appropri mais soctroie la coordination oprationnelle de tous les moyens de secours ; des Services de sant et de secours mdical sous-exploits, et le refus de comprendre, par endroits, le bien-fond de la rponse gradue
Outre les incidences budgtaires, outre limage dplorable renvoye par des bras de fer mdiatiss, outre lpuisement des acteurs dans la ngociation, ces sujets aboutissent invariablement la dtrioration de la qualit des secours, et donc la mise en danger de la population. Ayant, certes, un niveau dexigence de plus en plus lev, elle est en effet la premire payer les pots casss de ces dysfonctionnements. Le constat est terrible, mais tellement raliste ! Il est largement dtaill dans le Manifeste pour sauver le secours personnes que la Fdration nationale des sapeurs-pompiers de France a rendu public Clermont-Ferrand, fin septembre, lors du 114e Congrs national des sapeurs-pompiers.

Concertations acharnes ?
Dans la majorit des dpartements o des situations de conflit ont pu dfrayer la chronique, et qui gotent une certaine srnit retrouve, les tmoignages sont unanimes : la solution est venue par le dialogue. Tel est le cas par exemple dans le Cher, en Cte-dOr, dans lIndre, dans lEssonne, en Haute-Savoie, etc. Une situation dltre ne peut rsister une concertation acharne. Il faut se forcer sentendre , rsume le colonel tienne Leroy, mdecin-chef du Sdis de la Vienne. Mais les relations entre les centres 15 - Samu-SMUR et les sapeurs-pompiers sont aussi tellement gomtrie variable que par endroits le sujet donne limpression de naviguer sans cesse sur le fil du rasoir. Le rapprochement entre les services, on devra y arriver tt ou tard. Ce rapprochement devrait tre gagnant-gagnant, mais on nen est pas l, malheureusement. On est plutt dans ce qui ressemble une paix arme , explique un mdecin-chef du sud-ouest de la France.
Si les bonnes volonts individuelles sont bien videmment mises en avant par tous les protagonistes, nombreux sont ceux qui pointent du doigt une particularit franaise : la double tutelle. On met en exergue les relations 15 - 18, mais elles ne sont que la rsultante dun choix mal assum par nos deux tutelles. Si une seule voix gouvernementale se faisait entendre, cela simplifierait sans doute grandement la situation , estime ainsi un officier suprieur de la rgion centre. Une analyse encore plus svrement critique par le capitaine Michel Brousse, prsident de lUnion rgionale des sapeurs-pompiers de Midi-Pyrnes : Nous assistons une drive des tutelles ministrielles, et notamment de la Sant. Tous les sujets et projets qui nous arrivent de cette structure sont systmatiquement dfavorables aux sapeurs-pompiers .

Diffrences culturelles
Les analyses des uns et des autres laissent entendre que les cultures sont par trop diffrentes: les sapeurs-pompiers en appellent au transport de la victime vers lhpital le plus proche, les centres 15 affichent la volont de ne pas surcharger les services durgence, au risque dimmobiliser les sapeurs-pompiers dans lattente de larrive dun mdecin priv ; linverse, il est parfois question de transport vers des tablissements hospitaliers loigns alors que les sapeurs-pompiers prnent une prise en charge rapide par les urgences du secteur en vue du conditionnement intra-hospitalier de la victime pour que soit organis sereinement un secondaire, etc. Les cultures hospitalires et de prompt secours sont diffrentes, certes. Mais les rapprochements sont possibles, indique le lt-colonel Olivier Baptiste, mdecin-chef du Sdis 74. la condition que chacun en ait la volont, sans logique dinstitution et en mettant la victime au cur de nos rflexions. Le ton est donn : il y a aujourd'hui ncessit de concertation et de collaboration, si tant est que cette collaboration soit quilibre, sans main-mise, ou tentative de main-mise, de l'un sur l'autre.
Plates-formes communes : chez toi ou chez moi ?
Un peu partout en France, les projets de rajeunissement, de restructuration ou dagrandissement des CTA-Codis permettent aux sapeurs-pompiers dinviter les centres 15 les rejoindre sur une plate-forme commune de rception des appels. Au fil des annes, ces plates-formes sont de plus en plus nombreuses, bien quencore timidement mises en uvre. Si les dmarrages sont parfois chaotiques, aprs quelques mois, voire annes, de cohabitation, les bilans quen font les acteurs sont plutt positifs.
Aprs deux annes de fonctionnement en plate-forme commune, dans les locaux de lhpital, les relations entre le 15 et le 18 se sont grandement amliores par rapport ce quelles ont pu tre par le pass , explique le commandant David Sarrazin, chef du groupement gestion des risques au Sdis du Cher. Lobjectif commun est de sauver. Nous faisons plus que travailler cte cte, nous travaillons rellement ensemble. Au point que lorsque lun des deux services connat une augmentation de son activit, en cas de tempte par exemple pour les sapeurs-pompiers, ou dpidmie du ct du centre 15, nous mettons disposition nos personnels pour les dcrochs. Des rflexions commencent dj sur lvolution donner cette plate-forme, et le dcroch unique en fait partie. Et lorsquun courrier, destin lun des deux services, porte sur des questions ou un mcontentement, la rponse est systmatiquement conjointe et co-signe.
Si le ressenti nest pas partout ce point logieux, les sapeurs-pompiers reconnaissent une amlioration dans lorganisation des services les uns par rapport aux autres. Puisque nous navons pas la mme culture, nous travaillons la mise en place de procdures, de tableaux de bord permettant de tendre vers des fonctionnements toujours plus efficients , indique le lt-colonel Jean-Luc Queyla, chef du CSP dAvignon dans le Vaucluse.
Si bnfique soit la rsultante dun tel rapprochement, les propositions de regroupement, toujours mises par les sapeurs-pompiers, font encore souvent lobjet dune fin de non-recevoir. Tel est le cas dans la Manche par exemple, o les nouveaux locaux abritant le CTA-Codis sont pour moiti vides, la grande salle consacre au centre 15 ntant encore occupe que par des tables et chaises que personne ne vient utiliser malgr les promesses faites avant travaux ! Tel est le cas galement dans le Lot, o, en 2001, linvitation du centre 15 par le Sdis rejoindre de nouveaux locaux a t refuse sous prtexte que les mdecins rgulateurs sont polyvalents dans lhpital et en trop petit nombre pour permettre leur dlocalisation. Les mmes raisons ont depuis t rcemment encore voques alors quun projet de construction est envisag par le Sdis. Tel est le cas aussi dans les Pyrnes-Orientales, o les travaux ont commenc et vont se complter dun passage sur Antares dans ce dpartement o nexiste pas de relle frquence SSU, le Samu accdant pour linstant aux frquences oprationnelles du Sdis.
Permanenciers et oprateurs : quation variable
En marge des difficults structurelles que peuvent connatre deux services travaillant sur le mme terrain, les difficults relationnelles peuvent soit tre rvlatrices du dysfonctionnement, soit lexacerber.
Il existe, cest indniable, des personnalits irascibles tant chez les permanenciers des centres 15 que chez les oprateurs CTA et Codis, la nature humaine tant ainsi faite. Il existe aussi des bonnes volonts qui reposent, pour une grande part, sur la connaissance des acteurs, de leurs contraintes et de leurs obligations. Bien que lide dun regroupement entre le 15 et le 18 soit catgoriquement rejete par le Samu, les relations sont bonnes. Des runions rgulires nous permettent de parler des difficults rencontres par les uns et les autres. Les relations entre les oprateurs et cadres du CTA et les permanenciers du centre 15 sont lidentique, portes par des visites et changes permettant de se dcouvrir, se connatre et viser la complmentarit , raconte le lieutenant-colonel Jean-Luc Pauly, directeur adjoint du Sdis 21. Dans les dpartements o permanenciers et oprateurs travaillent cte cte du fait dune plate-forme commune, les relations prennent le plus souvent bonne tournure et il y a, rapidement, disparition des petits noms doiseaux que les uns et les autres changeaient par le pass. Il est vrai quune permanencire ne dit pas un oprateur quil est un crtin si celui-ci est deux mtres delle et quil mesure 1,90 mtre ! Travailler dans le mme lieu, cest entendre ce que lautre dit ou fait dans son travail, comprendre ses contraintes, difficults et ractions linstant T, et donc adapter son propre comportement , prcise le commandant David Sarrazin, chef du groupement gestion des risques au Sdis du Cher.
Sur le terrain, le choc des cultures
Image

Crdit photo : comm. Sdis Essonne
Les relations entre les blancs et les rouges ne se limitent pas aux rencontres entre les responsables de centres 15 et des officiers de Sdis, ni aux rapports quotidiens entre permanenciers et oprateurs. Ce sont aussi des mdecins, infirmiers et sapeurs-pompiers intervenant sur le terrain qui doivent travailler ensemble.

Sil ne sagit pas de faire de certains cas des gnralits, et sans oublier que des caractres bien tremps peuvent se montrer maladroits, quelques indlicatesses sont souvent releves. Lies aux contraintes de fonctionnement des structures, elles mettent pourtant en exergue une mconnaissance fondamentale du secourisme et de son enseignement par les mdecins urgentistes.
Jaimerais que les mdecins qui officient dans les SMUR passent le PSE 1, le PSE 2 et le CFAPSR, note un officier du centre de la France. Car les exigences des mdecins du 15 ne collent absolument pas ce que lon enseigne aujourdhui nos personnels. La culture PSE 1, PSE 2 et PSR, les mdecins du 15 ne lont pas. Certains mdecins sapeurs-pompiers non plus ! , note un mdecin-chef du sud-ouest de la France. Ces formations sont de plus en plus complexes, et les mdecins qui ne sy intressent pas sont vite dconnects. Or, si lavis du mdecin est intressant dans la prvision par exemple de la manuvre de relevage ou de dsincarcration, il faut rappeler que le COS, cest le sapeur-pompier, dont les contraintes devraient tre prvalentes. Mais quel poids a ce COS face un mdecin qui simpose ? . Il est vrai que parfois, il y a de larrogance dans la manire dont un mdecin se place comme tout puissant vis--vis des non-mdecins, reconnat le colonel tienne Leroy, mdecin-chef du Sdis de la Vienne. Comme un complexe de supriorit... Il faut comprendre que le contexte psychologique est particulier lorsque lon a la vie des gens entre nos mains en regard des dcisions que lon doit prendre. Cela tant, il faudrait balayer devant notre porte et prendre notre bton de plerin pour aller expliquer aux mdecins du SMUR ce que lon enseigne aux sapeurs-pompiers et pourquoi on le leur enseigne ainsi. Cela permettrait quils comprennent, quils jugent ou ne jugent pas, mais en tout cas quils ne remettent pas en cause les gestes raliss sur le terrain .

La rgulation, un outil de main-mise sur les missions du Sdis ?

Image
D.R.
Confrences trois, interconnexions les textes sont clairs, mais les interprtations sujettes de multiples variations. Dans les faits, de trs nombreux Sdis se plient ce que demande le lgislateur, savoir une interconnexion a posteriori de lengagement dun VSAV en cas de prompt secours, et a priori ds lors que lappel est hors du cadre du prompt secours. En revanche, linterconnexion nest pas souvent de mise lorsque lappel arrive au centre 15.
Si les sapeurs-pompiers oublient de faire linterconnexion, le centre 15 crie au scandale. En revanche, il ne lui parat pas inconcevable, loin de l, dengager lgitimement nos moyens sur du secours routier sans stre pli lui aussi linterconnexion , raconte le colonel Bruno Mercier, mdecin-chef du Sdis 66. Mme cho dans le Lot, o le principe des confrences trois existe depuis longtemps, et est scrupuleusement respect par les sapeurs-pompiers, jamais par le Samu. Il ny a pas de souci sur la non-rgulation pralable par le Sdis pour des missions qui nous sont propres, tels les AVP, le prompt secours, lintervention en des lieux non protgs. En revanche, le souci se pose lorsque lappel arrive au 15 et concerne ces mmes missions pour lesquelles nous sommes engags sans quil y ait eu confrence trois , indique le lt-colonel Bernard Tachet des Combes, directeur dpartemental.
Ce grief est relev un peu partout en France. Ce qui fait dire certains, avec amertume, que lon peut donner la dfinition que lon veut de la rgulation mdicale, et avec inquitude que la rgulation mdicale est un moyen pour le Samu de faire la main-mise sur le secours personnes.
Infirmiers protocols, une approche volutive ?
Depuis plusieurs annes, des infirmiers participent aux activits de secours d'urgence des sapeurs-pompiers, concentrant leurs missions sur le soutien sanitaire et l'aide mdicale urgente. Ils peuvent accompagner un mdecin ou intervenir seuls dans le respect des actes infirmiers et de protocoles mdicaux valids par leur mdecin-chef pour lesquels ils sont spcifiquement forms. Or, cette relative autonomie drange les partenaires de l'aide mdicale urgente. L'existence des infirmiers protocols a tout d'abord t renie. Puis reconnue, mais targue d'exercice illgal de la mdecine , rappelle le colonel Jean-Yves Bassetti, vice-prsident de la FNSPF. Or les protocoles sur lesquels s'appuient les infirmiers sont, comme ceux mis en place dans les services hospitaliers, volutifs, respectueux des donnes scientifiques les plus rcentes, et mis en uvre sous la responsabilit d'un chef de service, en l'occurrence le mdecin-chef. Ils ont largement fait leurs preuves. La position des infirmiers protocols, vritables infirmiers de l'urgence, est importante car elle permet d'apporter aux victimes une rponse gradue. Un discours d'ailleurs valid rcemment par le Prsident de la Rpublique. De fait, depuis quelques semaines, un nouveau discours merge du ct du Samu : ces infirmiers protocols pourraient tre lgitims s'ils taient placs sous la responsabilit des Samu-Centre 15. Le discours est volutif, c'est dj cela mais bafoue encore la responsabilit prise par les mdecins-chefs sur ce sujet ! , estime le Dr Bassetti.
Refus de mdicalisation : une ralit croissante ?
Image

Crdit photo : Comm Sdis Essonne
Le quotidien des sapeurs-pompiers est ainsi fait quil est courant quune mdicalisation des moyens de secours soit demande. Or, quand on passe un bilan par tlphone, il faut expliquer la situation et les gestes raliss sur le terrain une premire fois la permanencire, une seconde fois au mdecin rgulateur, avec limpression quil faut rellement justifier la demande de mdicalisation. Comme sil fallait les persuader Cela donne limpression que si le mdecin rgulateur na pas ds le dpart dcid dengager un SMUR, il ne lengagera pas du tout, quels que soient nos arguments , ressent le capitaine Michel Brousse, prsident de lUnion rgionale des sapeurs-pompiers de Midi-Pyrnes. Les refus de mdicalisation ont toujours exist, et, fut un temps, les sapeurs-pompiers en faisaient largement cho dans les forums de nombreux sites Internet. Ce sujet est aujourdhui moins prsent. Sans doute les sapeurs-pompiers ont-ils trouv dautres solutions, comme lengagement des infirmiers de sapeurs-pompiers par exemple , estime une mdecin-chef du sud-ouest de la France. Dautant que certains Samu prnent larrt de la ranimation par les sapeurs-pompiers sans la prsence dun mdecin leurs cts .

Une situation particulire que connaissent bien les sapeurs-pompiers de la Vienne. Compte tenu de la diminution du nombre de mdecins sapeurs-pompiers, de la carence en permanence mdicale, du peu de moyens en SMUR et selon les paramtres transmis, on a de plus en plus de difficults obtenir un moyen mdical , avoue le colonel Patrice Brisset, directeur dpartemental. Rgulirement, les rgulateurs nous demandent larrt de la ranimation par tlphone. Cette attitude va malheureusement se dvelopper, sans doute lchelon national. Pour le mdecin-chef du Sdis, le colonel tienne Leroy, lengagement dun SMUR pour signer un certificat de dcs est incohrent. Il est enseign de manire doctrinale que la prsence physique dun mdecin auprs des secouristes est indispensable pour dclarer un arrt des soins. Juridiquement, cela nest pas si clair. Un mdecin peut signifier un dcs distance daprs un certain nombre de paramtres. Ce qui engage pleinement sa responsabilit , prcise-t-il. La vraie difficult nest pas de juger de cette situation, elle est dans laccompagnement de nos quipes face cette situation. Cest ainsi quofficiers et psychologues ont fait le tour de tous les centres de secours pour expliquer, informer et donc prparer les sapeurs-pompiers, et quune note du directeur rappelle aux chefs dagrs que lannonce de larrt de ranimation doit tre faite la famille par le mdecin rgulateur.
Mdecins correspondants de Samu : la mode du deux en un
Cherchant amliorer leur maillage territorial, pour tre au plus prs de la population et lui apporter une rponse immdiate, les Samu recrutent des mdecins correspondants. Les mdecins sapeurs-pompiers, forms lurgence, sont des relais intressants. videmment. Dans labsolu, ce nest pas gnant , estime le lt-colonel Herv Billiet, directeur du Sdis de la Meuse, chez qui tous les mdecins sapeurs-pompiers ont la double casquette de mdecins correspondants de Samu. Mais en cas de plan rouge, qui appelle le Dr X ? Le Samu ou le Sdis ? , questionne le DDSIS. Si les deux structures annoncent la disponibilit de ce mdecin, cela fera croire que lon dispose de deux mdecins alors quil ny en a quun. On ne peut pas fonctionner ainsi aux ordres de deux structures diffrentes . Lanalyse est entirement partage par le lt-colonel Olivier Baptiste, mdecin-chef du Sdis de Haute-Savoie, qui pose par ailleurs la question dun dtournement de la permanence des soins en regard des financements trouvs pour la formation, la dotation, lastreinte et lintervention de ces mdecins. Pour le capitaine Michel Brousse, prsident de lUnion rgionale des sapeurs-pompiers de Midi-Pyrnes, lanalyse est tout autre. Si les Samu viennent piquer dans notre giron les mdecins sapeurs-pompiers, cest bien la preuve que nous avons su raliser un maillage intressant avec une approche oprationnelle efficace. Si aujourdhui ces mdecins rpondent prsent loffre qui leur est ainsi faite, cest bien parce que nous navons pas su les maintenir une place intressante dans loprationnel et dans nos centres de secours. Alors, on a beau jeu de sen offusquer maintenant !
Transfert vers lhpital Kilomtrage illimit
Il y a de plus en plus de rcriminations de la part des sapeurs-pompiers sur labsence de mdicalisation alors quelle est demande. Le sujet est particulirement criant dans les zones o le SMUR est distant, et mettrait jusqu trois quarts dheure de route pour rejoindre lquipage VSAV en question , note le lieutenant-colonel Herv Billiet, directeur dpartemental de la Meuse. Et lorsque le SMUR prend la route pour cette mdicalisation, il part systmatiquement sur le principe dune jonction. Pour les sapeurs-pompiers se pose videmment la question du prjudice port la victime par ce choix de rgulation Se pose aussi la question de la disponibilit de plus en plus grande dont ils doivent faire preuve puisquils supportent les dlais de jonction ou de transferts vers lhpital. Les urgences les plus graves doivent tre emmenes vers les services durgences hospitalo-universitaires. Certes. Mais que lon ne nous fasse pas croire que les urgences des hpitaux locaux ne servent rien. Si un SMUR est capable de faire jonction avec un autre SMUR au sein dun mme dpartement pour ne pas sortir de son primtre dintervention, pourquoi ne serait-il pas capable de venir chercher un patient dans un hpital local proche des sapeurs-pompiers o les quipes mdicales prendraient le temps de bien le conditionner en vue dun transport secondaire ? , demande le capitaine Michel Brousse, prsident de lUnion rgionale des sapeurs-pompiers de Midi-Pyrnes. Ailleurs, ce sont les fermetures hospitalires dcides par les Agences rgionales de lhospitalisation, sans information, ou concertation avec les Sdis, qui ont pour consquence un allongement impressionnant des dlais de route des sapeurs-pompiers. Et lorsque ceux-ci sont volontaires, linformation est de taille : dmotivation et grogne sont ressenties par les intresss et par leurs employeurs !


(Textes : Isabelle Forestier, Sapeur-pompier magazine, n996)
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message priv Photos pompiers du membre Predator
clem49
Passionn
Passionn


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 04 Juil 2007
Messages: 342
Localisation: Angers

MessagePost le: 08 Jan 2008, 23:27 Rpondre en citant Revenir en haut de page

Salut,

joebar78740 a crit:
Citation:
Le quotidien des sapeurs-pompiers est ainsi fait quil est courant quune mdicalisation des moyens de secours soit demande. Or, quand on passe un bilan par tlphone, il faut expliquer la situation et les gestes raliss sur le terrain une premire fois la permanencire, une seconde fois au mdecin rgulateur, avec limpression quil faut rellement justifier la demande de mdicalisation. Comme sil fallait les persuader Cela donne limpression que si le mdecin rgulateur na pas ds le dpart dcid dengager un SMUR, il ne lengagera pas du tout, quels que soient nos arguments


Je trouve normal qu'il faille justifier la demande de mdicalisation de l'intervention, au mme titre qu'une demande de renfort votre CODIS
Je prends l'exemple du 49, seulement 5 SMUR sur le dpartement, dont seulement 4 peuvent intervenir en primaire.
+ 3 SMUR hors dpartement qu'on peut engager suite un accord entre les diffrents SAMU.
Soit 7 quipes sur le dpartement, avec chacune son secteur d'intervention norme.
On ne peux pas se permettre d'envoyer des quipes chaque demande.
Il faut faire le tri entre les mdicalisations urgentes ncessaires, et les mdicalisations de "confort" car les intervenants (SP ou AP) ne savent pas quoi faire.

Il est donc normal de motiver sa demande, galement pour ne pas mettre vos collgues d'autres VSAB en porte--faux.

joebar78740 a crit:
Citation:
Les urgences les plus graves doivent tre emmenes vers les services durgences hospitalo-universitaires. Certes. Mais que lon ne nous fasse pas croire que les urgences des hpitaux locaux ne servent rien. Si un SMUR est capable de faire jonction avec un autre SMUR au sein dun mme dpartement pour ne pas sortir de son primtre dintervention, pourquoi ne serait-il pas capable de venir chercher un patient dans un hpital local proche des sapeurs-pompiers o les quipes mdicales prendraient le temps de bien le conditionner en vue dun transport secondaire ?


L'organisation d'un transfert secondaire prend un temps norme.
Il faut aussi penser la victime, pas uniquement la petite "gueguerre blanc-rouge".
La victime a plus de chances de s'en sortir en tant le plus rapidement possible dans la structure hospitalire adapte, ou spcialise.

A+ Clem.
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privMSN Messenger Photos pompiers du membre clem49
clem49
Passionn
Passionn


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 04 Juil 2007
Messages: 342
Localisation: Angers

MessagePost le: 09 Jan 2008, 00:00 Rpondre en citant Revenir en haut de page

Bien entendu, les situations que tu dcris, j'engages sans mme faire rguler par le medecin hospitalier.

Aprs CDDD. Et le 44, pour bosser avec car dpartement limitrophe, j'ai jamais compris leur mode de fonctionnement.
Radins sur les SMUR, sur-rgulation inutile, ...

Il y'a des dpartements problmatiques, d'autres ou a se passe plus ou moins bien.
Mais a, c'est au libre choix du chef de service.

A+ Clem.
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privMSN Messenger Photos pompiers du membre clem49
zagamore
Passionn impliqu
Passionn impliqu


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 07 Juil 2006
Messages: 899

MessagePost le: 09 Jan 2008, 00:20 Rpondre en citant Revenir en haut de page

Vulcain ( SPAS 44 ) a crit:
L'obligation de moyen, c'est tout ce que l'on demande.

non. parce que tou ce qu'on demande n'est pas forcement utile ou adapt. mais je confirme, pour avoir eu a faire au 44 lors de ma seule demande de secours dans ma vie "civile", ils ont un vrai problme..du genre a me faire cesser un rCP pour pouvoir obtenir qu'on me pousse au moins un VSAV (j'avais oubli..;mais c'tait la bas ! )

sion, on voit bien qu'il y a 2 logiques dans l'exemple du choix du secteur d'vac : les SP disent : au plus prs. quitte, en cas de transfert, a voir mobiliser, dans l'ordre: un vsav, un SAU , un vecteur d'evac, un deuxieme sau...
le 15 semble repondre "si il est dans un truc a roues capable de l'emmener directement la ou il sera pris en charge, qu'il y reste et qu'il y aille ". les SP disent que de tels trajets dmotivent les SP. et le 15 repond que le problme de la victime, c'est son traitement, pas les tats d'me du chauffeur. et ils ont raison. mais dieux que ce serait plus simple si ils allaient plutt dire aux SP pourquoi a doit marcher comme a, et si ils acceptaient d'essayer de prendre en compte la disponibilit ope. des rouges dans leur decision, au moins de temps en temps. ....
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message priv
olivier1973
Passionn impliqu
Passionn impliqu


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 18 Nov 2006
Messages: 904
Localisation: Ctes d'Armor

MessagePost le: 09 Jan 2008, 09:58 Rpondre en citant Revenir en haut de page

zagamore a crit:
je confirme, pour avoir eu a faire au 44 lors de ma seule demande de secours dans ma vie "civile", ils ont un vrai problme..du genre a me faire cesser un rCP pour pouvoir obtenir qu'on me pousse au moins un VSAV (j'avais oubli..;mais c'tait la bas ! )


Heu, tu peux dvelopper un peu a ? Comprends pas...

En quoi le fait d'annoncer que tu arrtes la RCP aide faire venir un VSAV ?


Dernire dition par olivier1973 le 09 Jan 2008, 12:07; dit 1 fois
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privMSN MessengerNumro ICQ Photos pompiers du membre olivier1973
Pinponmomo
Vtran
Vtran


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 08 Oct 2007
Messages: 3279
Localisation: Landes (40)

MessagePost le: 09 Jan 2008, 12:03 Rpondre en citant Revenir en haut de page

C'est a mon avis "un peu la meme chose" que quand on balance au SAMU que la victime a perdu connaissance...De suite leurs oreilles s'ouvrent plus grand...

_________________
Le coin photo du forum - Comment poster vos photos
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privVisiter le site web de l'utilisateurMSN Messenger Photos pompiers du membre Pinponmomo




Montrer les messages depuis:      
Rpondre au sujet
Autres sujets de discussions
Possibilit de faire de gardes dans un autre cs ? le 23/12/2005
reportage sur les "fans" de pompiers. le 13/09/2006
[deja trait] reportage pompier le 19/09/2007
recherche personne parlant anglais pour reportage pompier le 31/10/2007
recherche emplois dans un centre de formation ou autre le 05/11/2007
Comment fonctionne un Centre de secours ou autre... le 07/11/2007
mutation dans un autre dpartement le 05/01/2008
Mutation dans un autre dpartement. le 07/01/2008


 Sauter vers:   

Reportage relation SP et autres partenaires


Voir le sujet suivant
Voir le sujet prcdent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas rpondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas diter vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

pompier



.:: Forum Pompier : forum dédié au métier de sapeur pompier ::.
Cration / Gestion : Evoclic - Copyright 2005 - 2015 - Tous droits rservs

Ce forum est destin aux sapeurs pompiers et passionns.
Tous les logos et marques sont des propriétés respectives.
Toute copie entière ou partielle de ce site peuvent faire l'objet de poursuite judiciaire.
Les propos tenus sont de la responsabilité de leurs auteurs.
Forum-pompier.com est déclaré à la cnil sous le numéro 1112890
Powered by phpBB © 2001, 2011 phpBB Group