Pompiers
Accueil  •  FAQ  •  Contact  •  Liste des Membres  •  Vos départements  •   S'inscrire sur Forum Pompier  •   Messages Privés  •   Connexion
Forum Pompier : le forum dédié au métier de sapeur-pompier

Vous ne pouvez pas participer car vous n'êtes pas inscrit : inscription gratuite !
[Repos de 11H] AMUF et Samu de France vs ISP


Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Répondre au sujet
Auteur Message
antho911
Fidèle
Fidèle


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 247

MessagePosté le: 24 Aoû 2011, 22:16 Répondre en citant Revenir en haut de page

Voici les documents qui circule :

Citation:
14 rue Vésale
75005 PARIS
Tél : 01.43.36.22.14
http://www.amuf.fr
mail : secretariat@amuf.fr
association loi 1901, 97/3060
FMC : 100 233
Paris le 8 août 2011
Monsieur le Président et cher confrère,
Nous tenons à vous informer par la présente de la suspension de la participation de l’Association des
Médecins Urgentistes de France (AMUF) à l’élaboration et aux recommandations de « bonnes pratiques
concernant l’Infirmière Diplômée d’Etat (IDE) seule devant une situation de détresse médicale ».
Nous estimons que le but et la volonté initiale qui consistait à prodiguer par les infirmiers, aux malades,
des soins et des thérapeutiques en attendant l’arrivée d’un médecin ou d’une unité mobile hospitalière, est
actuellement détournée de ses objectifs. Nous constatons sur le terrain que, notamment au niveau de
l’institution des Sapeurs Pompiers, sous l’autorité du Ministère de l’Intérieur, le personnel infirmier est
autorisé à la réalisation d’actes médicaux comme les actes d’intubation, de sédation et d’analgésie.

Nous avions, au cours d’une réunion avec le Samu de France émis de nombreuses réserves quant au
développement de compétences médicales données aux infirmiers par le biais de protocoles. Il nous
semble urgent de vous informer qu’une nouvelle forme d’autonomie médicale est en train de naître en
France du fait que des infirmiers, sous prétexte qu’il n’y aurait plus de médecins, sont autorisés à réaliser
des actes de spécialités médicales.
La médecine d’urgence et la médecine en général, vous le savez Monsieur le Président et cher confrère,
n’est pas une somme de protocoles à appliquer. Si la Nation a construit une faculté de médecine, c’est
justement pour avoir sur l’ensemble du territoire, une compétence médicale, une formation médicale, une
déontologie médicale.
Nous ne pouvons accepter que d’un coté, il y ait les malades qui soient pris en charge par des médecins
compétents et formés et de l’autre, par une nouvelle sorte d’officiers de santé comme à l’époque de
Napoléon.
Nous n’allons pas vers la qualité des soins. Nous ne sommes absolument pas contre les
Sapeurs Pompiers ni contre la profession d’infirmier.


Si néanmoins vous acceptez ce recul de la présence des médecins, notamment lors des actes d’urgence, il
nous semble que vous remettez en cause profondément la profession médicale.
Nous souhaitons donc connaître les intentions de la Haute Autorité de Santé et vers quel système de santé
public et sanitaire vous souhaitez entrainer le pays, notamment concernant la médecine d’urgence.
Nous sommes bien entendu à votre disposition pour une entrevue afin d’éclaircir ce qui peut être un
simple malentendu et vous prions de croire, Monsieur le Président et cher confrère, en l’expression de nos
sentiments les meilleurs.
Dr Patrick PELLOUX
Président de l’AMUF
Copie :
- Mr le Ministre de la santé et du travail – Mr Xavier BERTRAND - 127 rue Grenelle – 75007
PARIS 07 SP
- Mme Annie PODEUR – Directrice Générale de l’Organisation des Soins - 14, avenue Duquesne -
75350 PARIS 07 SP
- Dr Jean-Yves GRALL – Directeur Général de la santé - 14, avenue Duquesne - 75350 PARIS 07
SP


Citation:
APM International
Mardi 9 août 2011 - 12:21
Samu-Urgences de France est favorable au repos obligatoire pour les
infirmiers sapeurs-pompiers volontaires
PARIS, 9 août 2011 (APM) - Samu-Urgences de France s'est déclaré favorable à
la perspective d'une nouvelle directive européenne sur le temps de travail
qui instaurerait un repos obligatoire de 11 heures pour les infirmiers
hospitaliers exerçant des activités de sapeurs-pompiers volontaires, dans un
communiqué diffusé mardi.
Le syndicat relance ainsi la polémique entre les Samu et les Sdis alors que
la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) s'inquiète
des travaux en cours visant à réviser la directive européenne de 2003 sur le
temps de travail (cf APM CBOAP002 et APM CBOAR007).
La directive actuelle et la jurisprudence européenne ont créé un contexte
juridique ambigu sur les règles applicables pour les sapeurs-pompiers
volontaires en matière de temps de travail qui pourrait aboutir à
l'imposition d'un repos de sécurité de 11 heures consécutives, rappelle la
fédération sur son site internet. Elle met en garde contre une grave remise
en question de la pérennité du volontariat et du modèle français de sécurité
civile.
Même si une loi a été publiée le 21 juillet au Journal officiel régissant
l'engagement des sapeurs-pompiers volontaires en France et réaffirmant que
le code du travail et le statut de la fonction publique ne sont pas
applicables sauf dispositions législatives contraires, la FNSPF craint une
assimilation par Bruxelles des sapeurs-pompiers volontaires à des
travailleurs salariés.
Samu-Urgences de France "ne se prononce pas sur l'organisation de la lutte
contre les incendies, ni sur l'éventuelle nécessité de mesures dérogatoires
au droit du travail pour les personnels qualifiés de 'volontaires' agissant
dans ce domaine" mais dénonce l'extension des dispositions dérogatoires aux
infirmiers hospitaliers "abusivement recrutés par les services
[départementaux] d'incendie et de secours [Sdis] sous le régime des 'sapeurs
pompiers volontaires'".
Le syndicat se réjouit donc que la directive européenne révisée puisse
obliger la France à revoir sa législation à caractère dérogatoire dans le
cadre d'un "incontestable objectif de sécurité". Il lui semble en effet
nécessaire que tout travail, sans exception, soit considéré comme tel et
soit précédé et suivi d'un repos obligatoire de 11 heures au minimum.
Pour Samu-Urgences de France, le système actuel correspond à un "dangereux
dévoiement de dispositions prévues à d'autres fins". Il dénonce un
recrutement d'infirmiers sapeurs pompiers qui ne répond pas à un "plan
concerté" et des conditions d'exercice qui peuvent être dangereuses pour les
patients et qui placent parfois ces professionnels "en situation d'exercice
illégal de la médecine".

Le syndicat observe que les infirmiers sapeurs pompiers recrutés comme
volontaires sont "très souvent des personnels hospitaliers" ce qui met "en
danger des patients hospitaliers pris en charge par ces personnels arrivant
fatigués après une nuit passée à la caserne ou en intervention"
. Il déplore
également la mise en danger des patients hospitaliers "par les absences
répétées de ces infirmiers ou (...) leur incapacité à remplacer au pied levé
un collègue infirmier hospitalier malade", en raison du "conflit de
disponibilité" au regard de leurs deux employeurs.
Enfin, il pointe un accroissement des difficultés de gestion des ressources
humaines hospitalières dans un contexte de grave pénurie d'infirmiers,
"compte tenu des conditions dérogatoires très avantageuses qui sont offertes
à ces infirmiers par les Sdis", notamment des rémunérations non imposables.
Samu-Urgences de France salue donc la directive européenne en projet comme
une "perspective de progrès".
Il demande que les éventuelles exonérations aux obligations du droit du
travail soient limitées à la lutte contre les incendies et que les Sdis
"mettent fin à la politique actuelle, concurrentielle à l'égard des moyens
hospitaliers, de recrutement d'infirmiers et, plus généralement, de
constitution de pseudo-Samu".

Enfin, il souhaite que la planification de tous les moyens de soins relève
du régime général placé sous l'autorité des agences régionales de santé
(ARS).
cb/so/APM polsan
redaction@apmnews.com
CBOH9002 09/08/2011 12:21 ACTU
©1989-2011 APM International.
APM International est une SAS au capital de 308.000 € du groupe Wilmington
Group plc.
33, Avenue de la République, 75011 PARIS, France
Tél: 01 48 06 54 92, Fax: 01 48 06 27 00
RCS PARIS B 351 616 859 - SIRET 351 616 859 000 36 - APE 6391Z
Numéro de TVA intracommunautaire FR33351616859


Donc voici pour la première partie. je surligne les parties qui mon fait bondir !

Code:
[b]Nous constatons sur le terrain que, notamment au niveau de
l’institution des Sapeurs Pompiers, sous l’autorité du Ministère de l’Intérieur, le personnel infirmier est
autorisé à la réalisation d’actes médicaux comme les actes d’intubation, de sédation et d’analgésie.[/b]


Heureusement !!!!!!!! Ce sont vraiment des personnes qui n'ont aucunes vision du terrain !

_________________
Un homme n'est jamais si grand que lorsqu'il est à genoux pour aider un enfant.
[Pythagore].
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
antho911
Fidèle
Fidèle


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 247

MessagePosté le: 24 Aoû 2011, 22:19 Répondre en citant Revenir en haut de page

Voici maintenant voici les réponses :

Citation:
Tribune
Les courriers récents du docteur Marc Giroud
pour Samu de France et du docteur Patrick
Pelloux pour l’Association des médecins
urgentistes de France (Amuf) ont bien amusé
les membres des Services de santé et de secours
médical (SSSM) et les sapeurs-pompiers de France.
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de
France (FNSPF), il n’y a rien de vraiment nouveau,
ce langage guerrier, ces fausses accusations et ce délire
interprétatif lui sont connus et les membres de la
commission quadripartite les ont expérimentés tout
au long des mois d’écriture commune du référentiel sur
le secours à personnes.
La liste des actions entreprises par la fédération, tant
sur les protocoles infirmiers, la reconnaissance de la
compétence et du travail des SSSM, dans le secours
quotidien comme dans la catastrophe, le bon emploi
des hélicoptères de la Sécurité civile, la lutte contre
les carences ambulancières et le statut des personnels
du SSSM, que le docteur Marc Giroud dénonce
comme une stratégie nationale d’agression des Samu,
est bien réelle.
C’est tout à fait exact, la fédération a une vraie
politique de secours qui se résume en une seule phrase :
« Apporter le meilleur secours [possible] aux victimes,
à temps, avec le moyen le plus adapté, par l’application
la plus exhaustive possible du référentiel du secours
à personnes qui est notre loi commune ». De même, les
Services départementaux d’incendie et de secours
(Sdis) ont souhaité se présenter eux-mêmes aux
différents directeurs généraux des Agences régionales
de santé (ARS) qui ne connaissaient ni leur rôle dans le
domaine du secours à personnes, ni leurs moyens.
En quoi cela lèse-t-il les Samu et les Smur ?
Le point d’orgue de la discorde apparaît être la
question des infirmiers sapeurs-pompiers (ISP) qui, de
fait, sont actuellement le maillon intermédiaire de la
chaîne des secours. Ils hantent les nuits des responsables
de Samu de France et de l’Amuf, au point de rendre les
4 000 ISP, soit 1 % des infirmiers des hôpitaux publics
et privés en France, responsables dumalheur des hôpitaux !
Nous sommes dans le fantasme ; il est inutile de
vouloir raisonner ou convaincre. Le temps fera son oeuvre
et nous sommes certains que, dans un terme très
court, c’est déjà le cas dans presque toute la France.
Cet échelon de secours s’imposera tout seul et ses
détracteurs en seront pour leurs frais. Nous faisons
confiance à nos infirmiers sapeurs-pompiers pour le
démontrer par leurs compétences et leur engagement.
Quant à se servir de la directive européenne sur
le temps de travail pour attaquer le volontariat et toute
l’organisation du système français de secours au
prétexte de sécurité des victimes, nous suggérons
aux syndicats d’urgentistes de s’interroger en premier
sur le temps de travail des médecins de Smur et des
urgences qui enchaînent 24 heures d'affilée avant de
nous faire la leçon.
La vraie problématique de Samu de France et de
l’Amuf est leur absolue incapacité à se projeter dans
l’avenir et d’imaginer un quelconque changement.
C’est un paradigme bien connu, la plupart des gens
s’opposent au changement parce qu’ils n’en voient pas
la nécessité et, surtout, veulent continuer à faire comme
ils ont toujours fait.Mais la réalité s’impose toujours et
pour Samu de France et l’Amuf, au lieu d’être avec les
sapeurs-pompiers les acteurs positifs de la performance
du secours à personnes, ils n’en seront que ceux
qui auront essayé de le freiner.
Cette agitation, cette crispation rétrograde de Samu de
France et de l’Amuf ne fait qu’augmenter notre action et
notre engagement dans le secours à personnes de nos
concitoyens, et nous conforte dans la justesse de nos vues.
Plutôt que de répondre à ces polémiques stériles,
nous préférons continuer notre chemin, mieux nous
former, être encore plus efficients et prouver sur le
terrain nos compétences. • Comité exécutif de la
Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France
À SUIVRE…
Réponse aux syndicats
des médecins urgentistes
Sapeurs-Pompiers de France N° 1037 Septembre 2011 19
Deux choses sont infinies, l’univers et la bêtise humaine.
Et je ne suis pas sûr de celle qui vient en premier.
Albert Einstein
A SUIVRE Tribune Samu:Mise en page 1 19/08/11 11:26 Page 19


Citation:
GB/CL n°2011/654
Le Président
à
Monsieur Xavier BERTRAND
Ministre du Travail, de l’Emploi et de la
Santé
127, rue de Grenelle
75700 PARIS SP 07
Paris, le 18 août 2011
Monsieur le Ministre,
Lors de notre audience du 9 mai dernier, je vous ai fait part du retard et des
difficultés observés dans de nombreux départements, le plus souvent du fait de nos collègues
hospitaliers, dans l’application du Référentiel commun Samu-Sdis d’organisation du secours à
personne et d’aide médicale urgente du 25 juin 2008.
Vous avez exprimé la volonté de prendre une initiative politique permettant la
levée des différents blocages observés et sollicité la réalisation dans cette perspective par
notre Fédération d’un point de situation national.
Je serai en mesure de vous adresser début septembre ce document, qui vous
confirmera ces éléments.
Ces problématiques viennent cependant de trouver une nouvelle illustration à
travers les positions prises à ce sujet les 8 et 9 août derniers par les présidents de Samu-
Urgences de France (SUdF) et de l’Association des Médecins Urgentistes de France (AMUF)
dont vous voudrez bien trouver ci-joint copies, et dont les accusations graves, infondées et
intolérables proférées à leur encontre ont soulevé chez l’ensemble des sapeurs-pompiers de
France une incompréhension totale, de profonds regrets et une vive irritation.
En effet, la demande de Samu-Urgences de France d’instauration d’un repos de
sécurité obligatoire tout particulièrement pour les infirmiers sapeurs-pompiers volontaires,
mais aussi pour l’ensemble des sapeurs-pompiers volontaires dans le cadre de leurs missions
de secours à personne, à l’occasion de la révision prochaine de la directive européenne sur le
temps de travail est particulièrement inopportune, au moment de l’engagement des travaux de
rédaction de ce projet de texte.
En outre, elle s’inscrit en contradiction totale avec la qualification juridique opérée
pour l’ensemble des sapeurs-pompiers volontaires par la récente loi n° 2001-851 du 20 juillet
2011 relative à l’engagement des sapeurs-pompiers volontaires et à son cadre juridique et
avec l’action ferme conduite par le Gouvernement au niveau européen, avec l’appui de la
représentation nationale et des acteurs de la communauté des Sdis, en vue d’une exemption de
ces derniers du champ de la directive précitée, tout en emportant le risque d’une remise en
cause de l’organisation de l’ensemble de notre dispositif de sécurité civile.
2
Au-delà de la contestation, aussi récurrente qu’inacceptable, de la place des Sdis et
de leur service de santé et de secours médical (SSSM) dans l’aide médicale urgente, pourtant
pleinement reconnue par le droit en vigueur, le point d’orgue de la discorde paraît clairement
être la question des 5500 infirmiers sapeurs-pompiers, dont 4000 volontaires hospitaliers, qui
forment le maillon intermédiaire de la chaîne des secours.
A cet égard, comment imaginer restreindre pour cette catégorie particulière
d’agents publics la souscription libre d’un engagement volontaire et l’exercice corrélatif de
l’ensemble des missions confiées aux services d’incendie et des secours, légalement reconnus
comme un droit pour toute personne ?
Comment tolérer l’accusation outrageante d’exercice illégal de la médecine, alors
que les protocoles mis en oeuvre par les infirmiers sont définis et appliqués sous étroit
contrôle médical, et qu’aucune perte de chance ou mise en danger de victimes n’a été
observée à l’occasion des plus de 35000 interventions protocolisées effectuées annuellement
par le SSSM ?
Comment enfin considérer sérieusement que les infirmiers de sapeurs-pompiers
volontaires hospitaliers puissent être à eux seuls responsables des difficultés observées par les
hôpitaux, alors qu’ils ne représentent que 1% des effectifs des 400 000 infirmiers de ces
établissements publics et privés ?
Par leur contenu, ces prises de position conduisent à remettre en cause la plupart
des axes de progrès définis par le Référentiel Samu-Sdis.
Par les crispations qu’elles ne manqueront pas de produire entre les acteurs de
terrain, elles ne font de même hélas que renforcer les problèmes observés dans l’application
de ce texte sur le territoire.
Soyez assuré que les sapeurs-pompiers de France et leur Fédération nationale
n’ont pour leur part pour seules stratégie et ambition que la mise en oeuvre fidèle de cette
réforme voulue par le Président de la République, qui permet d’optimiser l’emploi des
moyens existants en vue d’apporter dans les plus brefs délais le meilleur secours aux victimes.
Vous remerciant de l’attention que vous voudrez bien accorder à la présente, je
vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.
Richard VIGNON
P.J. :
- Lettre du Dr Marc GIROUD, président de Samu-Urgences de France, à Mme Annie PODEUR, directrice de
la Direction générale de l’offre de soins, du 8 août 2011.
- Dépêche APM International du 9 août 2011 relative au communiqué de presse de Samu-Urgences de
France ;
- Lettre du Dr Patrick PELLOUX, président de l’AMUF, à M. le Pr Jean-Luc HAROUSSEAU, président de
la Haute autorité de santé, du 8 août 2011
Copie à :
M. Claude GUEANT, ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l’Immigration.


je ne sais pas si vous étiez au courant de ces différentes lettres ?
voila, bonne soirée
Antho.
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
brembored
Référent ENGINS
Référent ENGINS


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 07 Juin 2005
Messages: 12052
Localisation: Rhône-Alpes

MessagePosté le: 24 Aoû 2011, 23:01 Répondre en citant Revenir en haut de page

On va glisser sur un deuxième sujet là avec le SAMU...
Qui oublie de préciser que si les infirmiers ont pris cette place c'est aussi et surtout parce que les médecins ne veulent plus le faire en rural autant qu'avant... Qu'ils balayent deja devant leur porte entre toubibs avant de parler de recul de qualité de secours...

Bref, un autre topic à créer??

_________________
Sauvons les CPI http://opti-secours.over-blog.fr/
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé Photos pompiers du membre brembored
VERDI 14
Passionné accro
Passionné accro


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 11 Aoû 2005
Messages: 1929
Localisation: CDSP 57

MessagePosté le: 25 Aoû 2011, 07:55 Répondre en citant Revenir en haut de page

Ci joint un lien concernant la réponse de L'ANISP :

http://www.infirmiers.com/actualites/actualites/billet-humeur-infirmiers-sapeurs-pompiers-a-quand-la-fin-des-hostilites.html

Seneque a écrit:
C'est vrai, on devrai appeler ça, je sais pas... "fédération" peut-être ?


Ou association loi 1901 :mrgreen: , en tout état de cause je n'ai jamais vu une représentation du patronat , se battre pour les intêrets des salariés sauf quand ça les arranges .
Le comble est que la fédé est une minorité "off SPP" qui représente la majorité des acteurs du secours "pompier".
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéMSN Messenger
brembored
Référent ENGINS
Référent ENGINS


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 07 Juin 2005
Messages: 12052
Localisation: Rhône-Alpes

MessagePosté le: 25 Aoû 2011, 08:28 Répondre en citant Revenir en haut de page

A leur décharge, pour avoir un ancien Chef de corps dans la partie, ils sont très imprégnés de la sauvegarde du volontariat

Après certes il y a une part de discours politique......
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé Photos pompiers du membre brembored
rprom1
Modérateur
Modérateur


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 03 Jan 2006
Messages: 2358

MessagePosté le: 25 Aoû 2011, 10:18 Répondre en citant Revenir en haut de page

J'ai divisé le sujet en deux car il y a émergence, me semble-t-il, d'un nouveau débat. Merci de poster au bon endroit.

smile_coolman
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéMSN Messenger
antho911
Fidèle
Fidèle


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 247

MessagePosté le: 25 Aoû 2011, 10:31 Répondre en citant Revenir en haut de page

Merci pour la création de ce post, je ne voulais pas surchargé la section article.

Citation:
Qui oublie de préciser que si les infirmiers ont pris cette place c'est aussi et surtout parce que les médecins ne veulent plus le faire en rural autant qu'avant... Qu'ils balayent deja devant leur porte entre toubibs avant de parler de recul de qualité de secours...



Totalement d'accord avec toi, je suis dans une caserne rurale, et je te confirme que les medecins de campagne se font vieux et que les remplacant ne se bouscule pas au portillon !


Dernière édition par antho911 le 25 Aoû 2011, 12:34; édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
sdf 30
Passionné accro
Passionné accro



Inscrit le: 31 Jan 2010
Messages: 1063

MessagePosté le: 25 Aoû 2011, 12:05 Répondre en citant Revenir en haut de page

Bonjour,
j'ai exercé comme permanencier dans un centre 15 pendant plus d'un an.
J'ai vu un urgentiste non praticien hospitalier prendre 24h en SMUR, puis partir à 100 km dans un autre établissement pour prendre un 2ème garde de 24 en SMUR pour revenir et faire 24h de régulation. C'était vraiment le cas extrême mais ce n'est pas le seul qui avait plusieurs contrats au sein d'établissements différents. Par ailleurs des médecins généralistes qualifiés urgentistes venaient prendre des gardes en SMUR ou à la régulation et reprenaient les consultations le lendemain. Pour ce qui est de l'utilisation des IPS, si on est arrivé à cette situation, c'est bien parcequ'il y a un manque de médecins notamment urgentistes. La réponse des SDIS (principal acteur des secours) est la mise en place d'infirmiers. Quelles mesures proposent les urgentistes, en dehors de s'en prendre aux ISP?
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
tails38
Passionné accro
Passionné accro



Inscrit le: 16 Mai 2009
Messages: 1113

MessagePosté le: 25 Aoû 2011, 13:45 Répondre en citant Revenir en haut de page

antho911 a écrit:
Merci pour la création de ce post, je ne voulais pas surchargé la section article.

Citation:
Qui oublie de préciser que si les infirmiers ont pris cette place c'est aussi et surtout parce que les médecins ne veulent plus le faire en rural autant qu'avant... Qu'ils balayent deja devant leur porte entre toubibs avant de parler de recul de qualité de secours...



Totalement d'accord avec toi, je suis dans une caserne rurale, et je te confirme que les medecins de campagne se font vieux et que les remplacant ne se bouscule pas au portillon !


Je rajouterais que les ISP sont aussi la en carence des SMUR trop souvent sous dimensionné et ainsi du manque de médecin
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
ambu66
Habitué
Habitué


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 25 Mai 2010
Messages: 185
Localisation: Canet en Roussillon (66)

MessagePosté le: 25 Aoû 2011, 16:58 Répondre en citant Revenir en haut de page

quels sont les départements ou les ISP décalent sur n'importe quelle inter quelque soit le vecteur sur place ( VSAV ou ASSU ) ????

l'ISP a toute sa place et je n'ai rien contre cela, même que j'aimerai bien parfois en avoir un sur certaine de mes inters. la réponse gradué est une bonne chose pour faire un tampon entre nous ( équipe de primo-intervenant de toute couleur ) et l'obtention d'un smur qui sont souvent en sous nombre c est un fait et c'est dommage que les sdis ne veuillent pas les faire sortir sur nos inters a nous,parce que du coup, moins d'égalité des chances pour le patient, moins de collaboration entre nous et les ISP voire même les SP en général ( et justement, si on collaborait plus souvent, je suis sur que cela marcherait mieux au niveau com :) ).

on va me dire, vous n'avez qu'a employer vous même des infirmiers et je vais répliquer que c'est la communauté qui les indemnise eux et leurs matériels ....... vaste cercle vicieux lol....

donc oui je soutiens les ISP et oui, je serais heureux de les avoir en renfort sur nos inters......

la encore, c'est un corporatisme exacerbé ou il faut diviser pour mieux régner a tout niveau et ou l'argent est roi qui vient tout compromettre

_________________
la vocation, c est d'avoir son métier pour passion
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
VERDI 14
Passionné accro
Passionné accro


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 11 Aoû 2005
Messages: 1929
Localisation: CDSP 57

MessagePosté le: 25 Aoû 2011, 17:40 Répondre en citant Revenir en haut de page

ambu66 a écrit:
la encore, c'est un corporatisme exacerbé


Tout dépend des SDIS j'ai déjà vu un ISP engagé avec une AP sur un malaise diabétique dans mon secteur , celà dépend aussi du régulateur .
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéMSN Messenger
antho911
Fidèle
Fidèle


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 01 Sep 2009
Messages: 247

MessagePosté le: 25 Aoû 2011, 22:14 Répondre en citant Revenir en haut de page

ambu66 a écrit:
quels sont les départements ou les ISP décalent sur n'importe quelle inter quelque soit le vecteur sur place ( VSAV ou ASSU ) ????

l'ISP a toute sa place et je n'ai rien contre cela, même que j'aimerai bien parfois en avoir un sur certaine de mes inters. la réponse gradué est une bonne chose pour faire un tampon entre nous ( équipe de primo-intervenant de toute couleur ) et l'obtention d'un smur qui sont souvent en sous nombre c est un fait et c'est dommage que les sdis ne veuillent pas les faire sortir sur nos inters a nous,parce que du coup, moins d'égalité des chances pour le patient, moins de collaboration entre nous et les ISP voire même les SP en général ( et justement, si on collaborait plus souvent, je suis sur que cela marcherait mieux au niveau com :) ).

on va me dire, vous n'avez qu'a employer vous même des infirmiers et je vais répliquer que c'est la communauté qui les indemnise eux et leurs matériels ....... vaste cercle vicieux lol....

donc oui je soutiens les ISP et oui, je serais heureux de les avoir en renfort sur nos inters......

la encore, c'est un corporatisme exacerbé ou il faut diviser pour mieux régner a tout niveau et ou l'argent est roi qui vient tout compromettre


Il est vrai maintenant que tu le dis, qu'il est rare de voir des ISP ou même des medecin SP avec la VRM se rendre sur vos interventions !
C'est bien dommage pour le coup je suis d'accord avec toi, on gagnerai en com !
mais tel est la volonté du C15 aussi !
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
sdf 30
Passionné accro
Passionné accro



Inscrit le: 31 Jan 2010
Messages: 1063

MessagePosté le: 26 Aoû 2011, 08:27 Répondre en citant Revenir en haut de page

Bonjour,
tout comme les ISP viennent en renfort sur des VSAV, il pourrait y avoir des infirmiers hospitaliers qui pourraient venir en renfort sur les AP. Mais je pense que ce système serait beaucoup plus difficile à mettre en place, quand on voit ce que les médecins urgentistes pensent du système des ISP. Pour avoir exercé en milieu hospitalier, je pense qu'accorder officiellement une certaine autonomie aux infirmiers n'est pas dans les habitudes.
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
seneque
Référent TEXTES
Référent TEXTES


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 14 Sep 2006
Messages: 2924

MessagePosté le: 26 Aoû 2011, 09:14 Répondre en citant Revenir en haut de page

Salut,

Rien n'est dans l'habitude des médecins. il y a pas si longtemps les médecins ne voulaient pas que les pompiers utilisent des DSA car seul un médecin pouvait envoyer un choc électrique sur un coeur... voyez où nous en sommes maintenant...

a+

_________________
Plutôt que de savoir ce qui a été fait, combien il vaux mieux chercher ce qu'il faut faire
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
lison
Nouvelle recrue
Nouvelle recrue


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 07 Mar 2009
Messages: 7
Localisation: var

MessagePosté le: 28 Aoû 2011, 14:29 Répondre en citant Revenir en haut de page

Bonjour a tous, dans mon département on est en plein dedans... 2 VLI ont été mise en place. Une depuis janvier et celle de mon Cs depuis juillet... Et ça fonctionne plutôt bien..... Malgré certain petits problème avec le Samu.... Mais les règles sont claires...
Il ne faut pas retarder l'engagement des smur, mais être en complément, ou en attendant l'equipe médicale....
Exemple: ma dernière garde en tant que conducteur sur la VLI, 1 infarctus traite en moins de 10min(0 séquelles), trois noyades en ACR ont été récupéré.(tjrs en vie, consciente).
Ce qui aurait je pense été plus difficile avec un délaie d'arrive de l'équipe médicale plus long...
Avant de penser a faire des guerres de clochers, il faudrait en premier lieu penser aux victimes, en2011 on a plus le droit de souffrir pendant un transport, je pense....
Voilà mon point de vu.
Wink

_________________
force et honneur
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé




Montrer les messages depuis:      
Répondre au sujet
Autres sujets de discussions
québec versus france le 29/01/2005
L'histoire des Sapeurs Pompiers en France le 14/04/2005
Uniformite et Difference Pompiers en France le 25/11/2005
Plus grande caserne de France ? le 03/09/2006
Liste des CPI en France le 07/02/2007
Association Sapeurs Pompiers France Israel le 02/03/2007
Pompier sont ils suffisants en France? le 12/06/2007
sdis le plus important de france le 30/06/2007


 Sauter vers:   

[Repos de 11H] AMUF et Samu de France vs ISP


Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

pompier



.:: Forum Pompier : forum dédié au métier de sapeur pompier ::.
Création / Gestion : Evoclic - Copyright 2005 - 2015 - Tous droits réservés

Ce forum est destiné aux sapeurs pompiers et passionnés.
Tous les logos et marques sont des propriétés respectives.
Toute copie entière ou partielle de ce site peuvent faire l'objet de poursuite judiciaire.
Les propos tenus sont de la responsabilité de leurs auteurs.
Forum-pompier.com est déclaré à la cnil sous le numéro 1112890
Powered by phpBB © 2001, 2011 phpBB Group