Pompiers
Accueil  •  FAQ  •  Contact  •  Liste des Membres  •  Vos départements  •   S'inscrire sur Forum Pompier  •   Messages Privés  •   Connexion
Forum Pompier : le forum dédié au métier de sapeur-pompier

Vous ne pouvez pas participer car vous n'êtes pas inscrit : inscription gratuite !
Une SPP entre la vie et la mort


Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Répondre au sujet
Auteur Message
pl.lamballais
Référent INC
Référent INC


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 26 Avr 2005
Messages: 2272
Localisation: Brasilia (Brésil)

MessagePosté le: 03 Mai 2012, 13:26 Répondre en citant Revenir en haut de page

Keny70 a écrit:
VERDI 14 a écrit:
Peut être parce qu'on ne saura jamais la vrai version aussi .Bref on s'en fout un peu vu que ça ne changera rien de se pauser des questions métaphysique , des suppositions etc ...

Cet accident dois surtout nous rappeler les régles simples de sécurité en vigeur , l'hygiéne de vie d'un SP aussi .Restons vigilant , concentré et il n'y a pas de "petite" intervention .


Bonjour, je pense que la bonne version on va finit par la savoir. Il ya quelques années les enquêteurs de la" DSC "sont descendus dans mon csp suite à accident de plongée et ils auditionnent tous les individus concernés, ils recoupent tous les témoignagnes, inspectent le matériel, la façon de s'en servir, la formation qui a été dispensée, et ne laisssent rien passer, ils sont vraiment très professionnnels, et franchement c'est des épreuves difficiles pour ceux qui passent devant.

La question n'est pas de savoir s'ils sont venus, s'ils ont posé des questions, etc. La question est de savoir si après, tu as eu les infos. J'en ai discuté assez longuement avec un gars qui a eu un accident dans lequel son équipier est décédé. Et bien même le survivant n'a jamais eu le résultat de l’enquête...

Quant à cet accident, il y a quelques temps, il y a eu un accident en Belgique (Mons) avec un mort. Et à Mons, ils partent à 3. Comme ici. A mon avis, c'est une erreur. Quand on est deux, et qu'on jette un coup d'oeil on voit OU on voit pas l'autre. C'est immédiat. A trois, le simple coup d'oeil qui permet de voir "quelqu'un d'autre" ne permet pas de savoir si on a bien en visu les DEUX autres. Comme ici, c'est seulement rendu dehors que les gars de Mons se sont dit "tiens, il en manque un".

Amitiés
Pierre-Louis

_________________
http://www.flashover.fr
"Y a t-il un danseur de claquettes au bar du mess des officiers?" (WJ)
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéVisiter le site web de l'utilisateur Photos pompiers du membre pl.lamballais
nico0897
Habitué
Habitué



Inscrit le: 02 Aoû 2008
Messages: 105

MessagePosté le: 03 Mai 2012, 18:13 Répondre en citant Revenir en haut de page

.m


Dernière édition par nico0897 le 06 Oct 2015, 12:06; édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
gendy54
Passionné
Passionné


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 17 Juil 2007
Messages: 452
Localisation: Paris 13

MessagePosté le: 03 Mai 2012, 18:55 Répondre en citant Revenir en haut de page

Citation:
Son état de santé s'était fortement dégradée. La femme pompier, retrouvée en état de mort apparente, lundi, lors d’une intervention incendie à la société SeVeal à Ludres est finalement décédée, a t-on appris aujourd'hui. Sa famille avait été appelée à son chevet mercredi soir. Ce décès suscite bien sûr une très vive émotion parmi les sapeurs-pompiers. La victime était mère de deux enfants. Reste aux enquêteurs à déterminer l'origine de ce drame qui soulèvent nombre de question (lire ci dessous)

-----------------------------------------------------------------------------------------

article paru jeudi matin

Un drame et des questions

Ludres. L’état de santé du pompier retrouvé en état de mort apparente, lundi, lors d’une intervention incendie à la société SeVeal à Ludres, s’est fortement dégradé, hier (notre édition d’hier). Cette mère de deux enfants, sapeur professionnel au Centre de secours de Neuves-Maisons, avait été découverte allongée au sol, en arrêt cardio-ventilatoire, au cours de l’opération. La victime avait pu être réanimée et transportée vers l’hôpital central.

Le contact – physique et radio – avait été rompu avec ce major de 46 ans alors qu’elle effectuait une reconnaissance dans les locaux de SeVeal en compagnie d’un binôme. Le système anti-incendie de cette entreprise spécialisée dans le stockage de produits phytosanitaires et classée Seveso II ou « seuil haut » en raison de la dangerosité des produits, s’était déclenché. Noyant une cellule de 1.000 m² sous 10 m de mousse ainsi qu’un local attenant. C’est là, dans un couloir, que les équipes de recherches, découvraient leur camarade.

L’enquête judiciaire, confiée à la Brigade criminelle de la Sûreté départementale, s’annonce longue et difficile. Les enquêteurs qui, hier, continuaient à auditionner pompiers et personnels de l’entreprise, devront tenter de lever deux énigmes. Pourquoi le système anti-incendie s’est déclenché alors que pour l’heure, aucun départ de feu n’aurait été clairement identifié ? Des constatations sur les lieux, menées hier par les techniciens en identification judiciaire (IJ), ne se sont pas déroulées dans des conditions pleinement satisfaisantes en raison d’une épaisseur de mousse persistante. Les investigations de police technique et scientifique reprendront aujourd’hui.
SeVeal, ex SANE Heillecourt

Au-delà de cet aspect technique, l’autre énigme concerne les circonstances à l’origine de ce drame humain qui plonge des proches et tout le Corps départemental des pompiers dans la douleur. Pourquoi cette professionnelle expérimentée ne portait plus le masque de son appareil respiratoire isolant (ARI) au moment où elle a été découverte inanimée dans la mousse ?

Le fonctionnement de l’ARI a-t-il été mis à mal par la mousse du système anti-incendie, provoquant une suffocation qui aurait alors contraint le major à retirer son masque ? A-t-elle inhalé d’éventuelles émanations toxiques, de la mousse ayant provoqué une perte de connaissance ou a-t-elle été terrassée par un accident cardiaque ?

Elle et le binôme progressaient à tâtons dans les locaux. Conformément à la procédure, il semble que tous les trois étaient reliés par une corde (la liaison personnelle, dans le jargon) fixée à chaque sapeur par un mousqueton à ressort. Comment cette ligne de vie a-t-elle pu se désolidariser de la victime ? L’ensemble du matériel a été saisi pour expertise. Le parquet de Nancy devrait ouvrir une information judiciaire pour tenter de lever ces mystères.

SeVeal Ludres compte parmi les 23 sites classés Seveso II en Lorraine. Installée depuis 1999 dans le Dynapôle de Ludres, rue Paul-Sabatier, l’entreprise était auparavant installée à Heillecourt sous le nom de SANE, son ancienne dénomination. Les locaux et ses stocks avaient été totalement ravagés par un gigantesque incendie, le 6 août 1996.

_________________
Donat
CRF 92-10. CI - ex-DLUSA CRF Nancy (54)
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéEnvoyer un e-mailVisiter le site web de l'utilisateur
VERDI 14
Passionné accro
Passionné accro


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 11 Aoû 2005
Messages: 1929
Localisation: CDSP 57

MessagePosté le: 03 Mai 2012, 19:40 Répondre en citant Revenir en haut de page

Effectivement beaucoup de question et rien ne laisse présager une erreur technique ou humaine , une défaillance technique ou humaine .

Ceci dit et par expérience personnel , les gens qui font des malaises sous ARI on toujours le réflexe d'arracher le masque ...
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéMSN Messenger
Keny70
Passionné impliqué
Passionné impliqué


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 05 Oct 2005
Messages: 755

MessagePosté le: 04 Mai 2012, 09:05 Répondre en citant Revenir en haut de page

Bonjour. pour répondre à Pl.Lamballais je peux te dire qu'il y a eu des réponses et un rapport également. L'accident avait eu lieu en caisson hyperbare ( et oui on en avait un avant ! et aussi une fosse de plongée qui est vidée aujourd'hui). l'enquête a permis de mettre en évidence la bonne technicité de l'équipe qui ont eu affaire à un grave malaise en caisson et qui ont pris des mesures immédiates qui ont permis de sauver le pompier. après il y avait une histoire de convention car le sp n'était pas du département mais cela ne changeait rien à la manipulation.
A la suite de cela l'officier responsable n' a plus été inquiété mais ils a du passer des moments très difficiles. Je ne suis pas plongeur , je ne peux pas rentrer dans les détails mais tous les plongeurs ont été auditionnés et tout à été passé au peigne fin, franchement ça rigolait pas. D'ailleurs si tu en parles à un ct plongée près de chez toi, je peux t'assurer qu'ila du en être informé et qu'il en connais certainement plus que moi car il y a du avoir un retex national sur ce coup là.
Plus tard mais sans rapports établis avec l'affaire mais pour des problèmes pécuniers ( arguments avancé), la fosse de plongée à été vidée et les pompes vendues et le caisson hyperbare mobile ( sur berce) à été vendu également. Bref la plongée a pris une belle claque
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéVisiter le site web de l'utilisateurMSN Messenger
VERDI 14
Passionné accro
Passionné accro


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 11 Aoû 2005
Messages: 1929
Localisation: CDSP 57

MessagePosté le: 04 Mai 2012, 09:28 Répondre en citant Revenir en haut de page

Des RETEX c'est un bien grand mot , il y a au forum des cadres de plongée une journée reservé au RETEX .
Disons que chaqu'un y va de sa petite histoire pour faire pleurer dans les chaumiéres .
C'est plus un récit :)

Y'a des chances que l'OFF a du serrer les fesses , de mémoire trois pompiers de Seine & Marne, dont un colonel à l'époque, accusés d'avoir commis des erreurs dans le sauvetage des deux victimes, comparaissaient aussi pour "homicide involontaire" suite au décés de 2 scaphandriers qui travaillaitent sur un barrage à aiguille à Meaux en 2002 ce n'est que depuis 2008 qu'ils sont innocentés par la justice .

Pour ma part les RETEX et enquéte devrait être fait un organisme extérieur avec la participation d'expert indépendant et de conseiller SP .Sinon c'est un peu trop facile d'être en vase clos sans rendre de compte à personne .
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéMSN Messenger
pl.lamballais
Référent INC
Référent INC


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 26 Avr 2005
Messages: 2272
Localisation: Brasilia (Brésil)

MessagePosté le: 04 Mai 2012, 12:16 Répondre en citant Revenir en haut de page

VERDI 14 a écrit:

Pour ma part les RETEX et enquéte devrait être fait un organisme extérieur avec la participation d'expert indépendant et de conseiller SP .Sinon c'est un peu trop facile d'être en vase clos sans rendre de compte à personne .

ça c'est exact. J'en avais parlé y'a quelques temps, ici:
http://www.flashover.fr/modules.php?name=News&file=article&sid=98&mode=thread&order=0&thold=0

Amitiés
Pierre-Louis
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéVisiter le site web de l'utilisateur Photos pompiers du membre pl.lamballais
VERDI 14
Passionné accro
Passionné accro


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 11 Aoû 2005
Messages: 1929
Localisation: CDSP 57

MessagePosté le: 05 Mai 2012, 16:42 Répondre en citant Revenir en haut de page

Drame de Ludres Après la mort en intervention de Sabine Valance-Novak, ouverture d’information judiciaire Drame de Ludres : « homicide involontaire contre X »
Après la mort en intervention de Sabine Valance-Novak, ouverture d’information judiciaire




Nancy. Comment et pourquoi Sabine Valance-Novak a-t-elle perdu la vie ?

C’est pour répondre à ces questions que le parquet de Nancy a ouvert, ce vendredi après-midi, une information judiciaire « contre X pour homicide involontaire », après le décès, la veille, de cette femme pompier.

La victime avait été retrouvée inanimée lundi, alors qu’elle effectuait une reconnaissance dans les locaux de SeVeal, à Ludres, une entreprise classée Seveso II, spécialisée dans le stockage de produits phytosanitaires. Si les secours étaient parvenus à la réanimer avant de la conduire à l’hôpital central, son état de santé s’est brutalement dégradé mercredi.

Chef adjointe du centre de secours de Neuves-Maisons, cette professionnelle de 46 ans, très expérimentée, intervenait suite à une « alerte ». À l’arrivée des soldats du feu, les locaux d’une superficie de 1.000 m² étaient noyés sous 10 mètres de mousse. La femme pompier et le binôme qui l’accompagnait progressaient à tâtons. Selon la procédure, les membres du trio auraient dû être reliés par une corde – c’est ce qu’on appelle la liaison personnelle dans le jargon.

Or, quand elle a été découverte, Sabine Valance-Novak gisait inanimée au sol, sans son appareil respiratoire isolant (ARI). Et tout contact radio et physique était rompu.
La PJ de Nancy en charge de l’enquête

Pour l’heure, on ne sait toujours pas si c’est bien un départ de feu qui a déclenché le système anti-incendie. Les techniciens de l’IJ ont pu effectuer toutefois les premières constatations, ce vendredi seulement, en raison de la présence persistante de la mousse les jours précédents.

La Brigade criminelle de la Sûreté départementale, qui a commencé l’enquête préliminaire, a été dessaisie au profit de la PJ de Nancy. Le parquet a d’ores et déjà nommé un expert incendie et demandé l’autopsie du corps afin de déterminer les causes de la mort. Elle sera vraisemblablement pratiquée ce lundi, à l’Institut médico-légal de Nancy.

Sabine Valance-Novak, mère de deux enfants était conseillère municipale de Vézelise, d’où sa famille est originaire. Cette fille de sapeur-pompier s’était engagée à l’âge de 18 ans. Sans diplôme, elle avait brillamment réussi le concours d’entrée, avant de gravir tous les échelons jusqu’au grade de major.

Officier de garde et adjointe au centre de secours de Neuves-Maisons, elle assurait également les fonctions de chef adjointe du centre de secours de Vézelise, en tant que pompier volontaire. Ses pairs louent unanimement son professionnalisme et ses qualités humaines.

Source[url] http://www.estrepublicain.fr/actualite/2012/05/05/homicide-involontaire-contre-x[/url]
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéMSN Messenger
tibah02
Nouvelle recrue
Nouvelle recrue


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 03 Juil 2011
Messages: 17

MessagePosté le: 11 Mai 2012, 09:06 Répondre en citant Revenir en haut de page

****condoléance interdite*** Non seulement elle était professionnelle mais en plus elle avait chez le choix de faire du volontariat dans un autre CS.
Bon courage à ces collègues

EDIT Antoine41 : condoléance supprimer...

_________________
Combattre pour des valeurs, aider pour protéger !
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
Antoine41
Modérateur
Modérateur


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 17 Fév 2006
Messages: 4139

MessagePosté le: 11 Mai 2012, 09:11 Répondre en citant Revenir en haut de page

Les condoléances sont interdites sur le forum.

Les règles du forum se trouvent ici : Règles du Forum Pompier.

Notamment :
Citation:

- Les "condoléances" et autres mots de bienveillance en faveur des familles des victimes ne seront plus tolérées. D'une part parce que les personnes en question ne les liront probablement jamais de leur vie, et d'autre part pour éviter d'avoir des reflexions de certains. C'est un forum, sur internet, donc c'est un moyen de communication FROID, et ne permettant pas faire partager les intentions de chacuns.

_________________
Un forum c'est comme une boîte de chocolat : on ne sait jamais sur quel Modo on va tomber!
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéMSN Messenger Photos pompiers du membre Antoine41
gendy54
Passionné
Passionné


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 17 Juil 2007
Messages: 452
Localisation: Paris 13

MessagePosté le: 05 Mai 2013, 23:20 Répondre en citant Revenir en haut de page

Les 1ers éléments de l'enquête:

Citation:

NANCY : « ABANDON INVOLONTAIRE »

Nancy. « Venez me chercher ! ». L’appel au secours est de Sabine Valance-Nowak. Un appel radio. Ses derniers mots alors que l’officier de 46 ans est en perdition, sous une montagne de mousse anti-incendie, sa balise « homme mort » déclenchée.

Chef adjointe du centre de secours de Neuves-Maisons, cette mère de deux enfants intervient, le 30 avril 2012, chez SeVeal, une société sensible de la zone industrielle de Ludres, spécialisée dans le stockage de produits agro-pharmaceutiques. Un établissement classé Seveso II en raison des risques graves potentiels encourus par la population et l’environnement en cas d’accident.

Les pompiers engagent logiquement un important dispositif après le déclenchement d’une alarme incendie. Sur place, pas de flammes, pas de fumée, pas de points chauds pointés par les caméras thermiques… Le déclenchement est intempestif, très vraisemblablement causé par un court-circuit. Néanmoins, il provoque le déversement de milliers de m³ de mousse haut foisonnement, anti-incendie. Une cellule de stockage de 1.000 m² est noyée sous 10 m de produit, du sol au plafond. Équipée d’appareils respiratoires isolants (ARI) Sabine Valance-Nowak et un binôme pénètrent dans le bâtiment pour une opération de reconnaissance. Reliés un à un via une ligne de vie verrouillée par des mousquetons – la liaison personnelle, dans le jargon – tous trois forment une configuration atypique (en trinôme), non validée par le manuel de procédure des pompiers professionnels.

Au cours de l’exploration, alors que Sabine Valance-Nowak ferme la marche, le binôme perd tout contact avec elle. Des équipes de recherches la retrouveront sans vie, de longues minutes plus tard. Le masque de son ARI vide, retiré du visage. « L’autopsie n’a pas relevé de problème de santé pouvant expliquer sa mort », expliquent Hervé Nowak, le concubin de la victime et Béatrice Valance, sa sœur. « Sabine est morte par étouffement ». Asphyxiée. Privée d’air, pris au piège d’une mousse qualifiée de « non toxique » par un expert.

« Elle aurait dû être reliée au ceinturon de son coéquipier »

Il est aujourd’hui établi que la texture de la mousse, anormalement compacte, collante et semblable à du fromage blanc, a occasionné une surconsommation de la réserve d’air contenu dans l’ARI ainsi qu’un défaut d’étanchéité des masques qui glissaient sur le visage. Si bien que le binôme est ressorti épuisé, haletant, avec la bouteille de l’ARI à zéro. Un récent rapport d’enquête de l’inspection « Défense et sécurité civiles » du ministère de l’Intérieur, pointe plusieurs dysfonctionnements survenus au cours de cette intervention. « Ce rapport n’avait pas pour objet de statuer sur des responsabilités mais a tenté d’identifier les causes probables de l’événement pour qu’il ne se reproduise plus », précise Me François Robinet, l’avocat de la famille, partie civile dans cette instruction ouverte contre X pour « homicide involontaire ». Depuis le 23 mai 2012, une note de service du colonel Beaudoux, directeur du SDIS 54, interdit jusqu’à nouvel ordre, au nom du principe de précaution, « les reconnaissances dans un volume noyé de mousse, en l’absence de sauvetage de vie humaine à réaliser ».

« Le décès est dû à une cascade d’erreurs au cours d’une mission de reconnaissance mise en œuvre dans la précipitation », observe Me Robinet. « La liaison personnelle de Sabine était fixée au mousqueton du sac à dos du pompier qui la précédait. Une fixation non conforme alors qu’elle aurait dû être reliée au ceinturon de son coéquipier. Quand le binôme a décidé de faire demi-tour en raison du manque d’air dans l’ARI, il a déposé le sac à dos et de ce fait, Sabine a été involontairement abandonnée », poursuit l’avocat nancéien.

« Elle ignorait cette décision du binôme car tous les trois étaient dans l’impossibilité de communiquer ou même de se voir en raison de la densité de la mousse. Totalement désorientée, perdue, en manque d’air, Sabine a été retrouvée en arrêt cardio-ventilatoire », précise encore le conseil. Elle sera déclarée morte le 3 mai. Pour Me Robinet, « des responsabilités sont encourues mais il appartient maintenant à la justice de le déterminer au vu des rapports d’expertises et des témoignages ».


http://www.estrepublicain.fr/actualite/2013/05/04/abandon-involontaire
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéEnvoyer un e-mailVisiter le site web de l'utilisateur




Montrer les messages depuis:      
Répondre au sujet
Autres sujets de discussions
Test de substance illicites pour l'entré en FIA le 01/12/2005
Quel choix entre BSPP ou SPP ??? le 17/12/2005
Les SP mort en intervention... le 14/09/2006
Choix entre une passion et une profession bien rémunérée. le 23/02/2007
la collaboration entre pompiers et les forces de l'ordre le 24/03/2007
La mort du professionnalisme . le 06/11/2007
Rapports entre les taxis blancs et les SP le 18/11/2007
Différence entre tenue de sortie et tenue de cérémonie le 15/02/2008


 Sauter vers:   

Une SPP entre la vie et la mort


Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

pompier



.:: Forum Pompier : forum dédié au métier de sapeur pompier ::.
Création / Gestion : Evoclic - Copyright 2005 - 2015 - Tous droits réservés

Ce forum est destiné aux sapeurs pompiers et passionnés.
Tous les logos et marques sont des propriétés respectives.
Toute copie entière ou partielle de ce site peuvent faire l'objet de poursuite judiciaire.
Les propos tenus sont de la responsabilité de leurs auteurs.
Forum-pompier.com est déclaré à la cnil sous le numéro 1112890
Powered by phpBB © 2001, 2011 phpBB Group