Pompiers
Accueil  •  FAQ  •  Contact  •  Liste des Membres  •  Vos départements  •   S'inscrire sur Forum Pompier  •   Messages Privés  •   Connexion
Forum Pompier : le forum dédié au métier de sapeur-pompier

Vous ne pouvez pas participer car vous n'êtes pas inscrit : inscription gratuite !
Sécurité civile : les Dragon menacés ?


Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Répondre au sujet
Auteur Message
sdf 30
Passionné accro
Passionné accro



Inscrit le: 31 Jan 2010
Messages: 1063

MessagePosté le: 01 Fév 2014, 09:22 Répondre en citant Revenir en haut de page

http://www.midilibre.fr/2014/01/31/les-dragons-menaces,815880.php
Citation:

Selon un syndicat de pilotes, la Sécurité civile veut revendre certains hélicoptères. La direction dément.
On ne sait pas encore si les bases de Perpignan ou de Montpellier pourraient être menacées. Mais on peut très bien imaginer qu’ils fusionnent celles de Marignane et de Montpellier, et qu’ils mutualisent les moyens pour économiser un appareil." Didier Cailleaux, pilote d’hélicoptère à la Sécurité civile, tire la sonnette d’alarme. Délégué du Syndicat national du personnel navigant de l’aviation civile (SNPNAC), il s’inquiète des projets à l’étude au sein de la Sécurité civile : "On nous parle de la vente de 5 à 6 appareils, pour faire des économies, mais on n’arrive à avoir aucune information précise. On a le sentiment qu’on nous cache quelque chose."
"Aucune suppression de base n’est envisagée" Le colonel Emmanuel Clavaud
Chargée de porter secours, la Sécurité civile compte vingt-trois bases en France, et 35 hélicoptères Eurocopter 145, dont deux basés en permanence dans notre région, l’un à Perpignan, l’autre à Montpellier. L’été, un troisième appareil est positionné en Lozère. Baptisées du nom de code de Dragon, ces merveilles technologiques sont utilisées en coopération opérationnelle avec les pompiers, pour toutes sortes de missions : évacuation des victimes après un accident de la route, une noyade, une chute en haute montagne ou encore sauvetage en cas de catastrophe naturelle : "Le Dragon 34 est intervenu il y a dix jours lors des inondations dans le Gard. Ces machines peuvent faire des hélitreuillages de jour comme de nuit. On est capable de tout faire 24h/24", insiste Didier Cailleaux.
Une efficacité qui a un prix : acheté 4 M€ en 2000, chaque appareil revient à 1,6 M€ par an en entretien, maintenance et coût d’utilisation. Un gros budget, en période de vaches maigres. "Notre direction a déjà fait un effort conséquent en vendant quatre appareils de notre flotte en 2012, et une base doit prochainement ouvrir en Guyane : cela passera forcément par une fermeture d’une base en métropole", rappelle Didier Cailleaux.
Acheté 4 M€ en 2000, chaque appareil revient à 1,6 M€ par an en entretien
D’autant que la Sécurité civile n’est pas la seule à disposer d’une importante flotte d’hélicoptères : la gendarmerie et le Samu en ont également, avec des missions qui peuvent parfois se chevaucher.
Le transfert programmé des Canadairs de la base de Marignane vers celle de Nîmes-Garons, attendu d’ici fin 2016, offre également de nouvelles interrogations. "Est-ce qu’on va en profiter pour rapatrier aussi l’hélicoptère qui couvre la Provence vers Nîmes ?"
Des inquiétudes que dément catégoriquement le colonel Emmanuel Clavaud, porte-parole de la direction générale de la Sécurité civile.
"Aucune suppression de base n’est envisagée , insiste-t-il. Nous sommes bien évidemment dans un contexte de budget tendu mais il n’y aucune décision de prise concernant la suppression de telle ou telle machine. Nous sommes en train d’étudier l’efficacité d’utilisation des appareils, dans le but de les optimiser." Quant à la base de Nîmes, "nous y avons déjà un échelon de soutien technique, et il y aura peut-être des améliorations du système. Mais cela n’aura aucune répercussion sur l’efficacité opérationnelle." Le vol des Dragon dans le ciel du Languedoc-Roussillon n’est donc pas près de s’interrompre.

source : Midi Libre
A la lecture du rapport du débat d'orientation budgétaire sur la Sécurité Civile, on peut s'attendre à une réorganisation, notamment par rapport aux machines de la Gendarmerie, mais pas à une vente de certains appareils. Enfin, espérons que çà ne change pas d'ici là...
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
Vulcain111
Passionné
Passionné


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 15 Juil 2010
Messages: 437
Localisation: Haute Corse

MessagePosté le: 01 Fév 2014, 16:00 Répondre en citant Revenir en haut de page

Pour nous c'est déjà annoncé.

http://www.corsematin.com/article/corse/letat-envisage-de-couper-les-ailes-des-secours-aeriens-insulaires.1265596.html

Citation:
Les finances en berne, le pays tape dans les dépenses liées aux hélicoptères d’État sur l’ensemble du territoire national. En Corse-du-Sud, ils ont assuré près de 1 000 secours à la personne en 2013

Entre un infarctus à Porto-Vecchio et une noyade à Porto, faudra-t-il bientôt choisir ?

C'est ce qu'espère éviter le syndicat national du personnel navigant de l'aéronautique civile (SNPNAC) d'Ajaccio. Soit, du pilote au mécanicien, tous les corps de métier d'une base hélicoptère de la sécurité civile.

La base de la sécurité civile d'Ajaccio est menacée, l'hélicoptère Dragon 20 rouge et jaune aussi, par un possible démantèlement de la flotte des hélicoptères de secours du ministère de l'Intérieur. Annoncée il y a déjà quelques mois, cette réflexion « va conduire à la fermeture de certaines bases et à la réduction du nombre d'hélicoptères de secours réellement dédiée à cette mission », s'inquiète le syndicat national dans un communiqué. Il fait alors référence aux hélicoptères bleus de la gendarmerie qui ont pour mission première la sûreté.

C'est à la suite d'un rapport de l'inspection générale de l'administration que cette solution a été envisagée. Principalement pour des raisons économiques.

La suppression touche aussi bien les hélicoptères de la sécurité civile que ceux des gendarmes.

« Une des bases qui vole le plus »

La Corse-du-sud en possède, pour l'heure, un de chaque, un jaune et un bleu.

Le représentant du personnel de la base de la sécurité civile ajaccienne, Michel Romani, tente de rester optimiste, mais la « confusion » règne toujours selon lui. « Initialement on nous a dit qu'on devait disparaître au profit de la base gendarme », assure-t-il. Mais un rebondissement est venu changer la donne la semaine dernière. « Le préfet Christophe Mirmand, nous a informés que les bases corses ne seraient pas touchées », se souvient-il, perplexe.

Autant de changements de discours qui n'arrivent pas à convaincre le syndicat. « On ne comprend pas, Ajaccio est l'une des bases de France qui vole le plus », analyse Michel Romani.

Au niveau national on parle de « désengagement de l'État sur certains secteurs, comme par exemple la haute montagne ».

Étonnement de la préfecture

Du côté des représentants de l'État dans l'île, pas de grand discours. Plutôt un étonnement général. « Les discussions sont en cours depuis un an, pourquoi une réaction maintenant », s'interroge Rémy Bastille, directeur de cabinet du préfet.

Il assure que pour l'heure, « aucun élément ne laisse penser qu'une base en Corse va être supprimée ». Le directeur de cabinet étaye son propos : « On reste optimiste, la Corse est isolée des autres bases du Continent, ce ne sera pas évident de partager un hélicoptère avec un autre département. »

L'optimisme pour seule arme, dans la mesure où si le ministère décidait de fermer la base d'Ajaccio, le préfet de région« n'y pourrait effectivement rien, sauf une importante erreur de calcul ».

Les grands muets

Hormis le représentant du personnel, Michel Romani, les agents de la base de la sécurité civile n'ont pas souhaité s'exprimer sur le sujet.

Même combat du côté de la gendarmerie, peu au fait des événements, qui « n'est pas associé à ces décisions et qui donc, ne commente pas ».

Du côté du Service départemental d'incendie et de secours (Sdis), le mutisme procède d'une fidélité sans faille à l'État. « S'il ne fournit plus d'hélicoptère, il n'en fournit plus, point. Nous ne sommes pas maîtres de la situation », lâche tout de même le Colonel Fabien Didier.

« L'efficacité rime avec rapidité »

Il ne semble pas que les hommes de terrains l'entendent de cette oreille. « L'efficacité du secours rime nécessairement avec la rapidité du secours »,juge un secouriste. Qui s'appuie alors sur la diversité du territoire insulaire. « Il y a beaucoup d'activité, et la topographie n'est pas celle du Continent, avance-t-il.Il y a très peu de routes accessibles aux véhicules de secours et d'assistance aux victimes. » Avant de préciser que si l'hélicoptère de la gendarmerie effectue au moins un vol par jour pour les secours, ce n'est pas sa fonction première. « Les bleus ont des missions prioritaires qui ne sont pas le secours à la personne. Cela va être très compliqué de s'organiser sur tout un département avec un seul hélicoptère, qui a d'autres priorités », finit par analyser, le secouriste.

Pour le médecin régulateur du Samu, Paul Marcaggi, si la base est effectivement supprimée, « il va falloir refuser et rationaliser les déplacements, ce qui va augmenter la prise de risque ».Il se souvient avoir déjà travaillé avec un seul hélicoptère,« et ce n'était pas de tout repos. On peut toujours travailler avec moins, mais on est à flux tendu au niveau des médecins déjà », note-t-il.

Il dénonce tout de même en avant quelques vols « inutiles qui permettraient des économies ».

Maisin fine, il assure qu'il « serait impossible, sans deux hélicoptères, de gérer de façon efficace et moderne, sans prise de risques importante les secours à la personne ».
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
sdf 30
Passionné accro
Passionné accro



Inscrit le: 31 Jan 2010
Messages: 1063

MessagePosté le: 01 Fév 2014, 16:14 Répondre en citant Revenir en haut de page

C'est certain qu'il va y avoir une harmonisation avec les machines Gendarmerie. D'ailleurs elles sont déjà entretenues au Groupement Hélicoptères de la Sécurité Civile à Nîmes et depuis cette année a été créé dans la région parisienne un magasin "pièces" commun aux deux entités.
D'ailleurs cette harmonisation est logique, puisque les gendarmes font de la police et du secours et les Dragons du secours et de la police. Espérons qu'il ne s'agisse que d'une redistribution des machines et que les secours ne soient pas obligés de transporter les victimes à dos de mulet.
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
sdf 30
Passionné accro
Passionné accro



Inscrit le: 31 Jan 2010
Messages: 1063

MessagePosté le: 15 Fév 2014, 18:15 Répondre en citant Revenir en haut de page

La 1ère victime

http://www.lavoixdunord.fr/region/secours-sur-le-littoral-ce-que-le-depart-de-ia33b0n1921858
Citation:
L’annonce du départ temporaire, mais pour « une durée indéterminée », du Dragon 62 a fait l’effet d’une bombe chez les professionnels des secours. Les raisons de ce choix, la probabilité pour que cela devienne définitif, la nouvelle organisation des secours d’urgence… Autant de questions qui n’ont pas toujours de réponse.
Avec son équipe médicale, le Dragon 62 arrivait en dix minutes à Calais.
Dragon 62 a quitté Le Touquet pour la Guyane
1. Pourquoi ?
La nouvelle est tombée jeudi dernier : le ministère de l’Intérieur a décidé de redéployer sa flotte d’hélicoptères de la sécurité civile (ils sont 35) afin de doter la Guyane, qui n’en a pas sur son vaste territoire, d’un moyen d’intervention et de secours rapide. Sans doute en raison du tollé que cette décision a provoqué dans le secteur, le départ du Dragon pour Nîmes a eu lieu plus tôt que prévu, en attendant sa nouvelle affectation.
2. Utile Dragon…
L’utilité de l’appareil de secours qui permettait de rejoindre Lille en vingt minutes n’était en effet plus à démontrer. Doté depuis environ deux ans d’une équipe médicale en permanence, il a permis en 2013 de secourir 321 personnes (pour 449 interventions), presque une par jour en moyenne (contre 147 en 2011).
C’est précisément parce qu’en 2010, le rôle d’un hélicoptère semblait essentiel après deux saisons estivales expérimentales, que le ministère de l’Intérieur avait décidé de pérenniser la base toute l’année au Touquet. Cela permettait d’accroire considérablement les capacités d’intervention d’urgence, sur la bande littorale de Berck à Calais où l’on ne compte que trois SMUR. Grâce à sa vitesse de 230 km/h, le Dragon 62 pouvait être n’importe où dans ce secteur en moins d’un quart d’heure. Même en mer, comme l’a rappelé l’hélitreuillage des cinq marins pris au piège du Saint-Nicolas à l’entrée de Boulogne en novembre dernier.
3. Comment le remplacer ?
Désormais, comme l’a précisé le ministère, ce sera à l’hélicoptère de la gendarmerie nationale, ou à celui du SAMU, basé à Arras, d’intervenir sur les lieux des accidents. Avec les pertes de temps que cela impliquera. Le ministère se montre confiant, les urgences des hôpitaux concernés, beaucoup moins. Car l’hélicoptère du SAMU avait d’abord une fonction de transport d’urgence, pas de secours.
Ce samedi, la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord a fait savoir que « concernant le sauvetage en mer, l’hélicoptère Dauphin de la Marine nationale basée au Touquet, continue d’assurer la grande majorité des opérations de sauvetage en mer sous la coordination du CROSS Gris-Nez (86 opérations en 2013, dont 67 de sauvetage en mer, pour 25 personnes secourues) ».
4. Manuel Valls maintient
Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, qui était en visite à Wingles (près de Lens), vendredi, a été interrogé sur le sujet. Il maintient sa position, tout en affirmant que la base du Touquet « restera ouverte. » Sauf qu’une base d’hélicoptère sans hélicoptère c’est un peu comme un bateau sans coque. Que veut dire alors « départ pour une durée indéterminée » ? Alors que cette base n’est pas logée dans des locaux en dur, mais dans des containers provisoires.
Une solution d’hébergement définitive, ou même la construction d’un local permettrait sans doute de démontrer que le secteur tient à son hélicoptère. Mais pour cela il faut 2,5 M €. La sécurité des personnes, mais aussi de la navigation dans le chenal vaut sans doute la peine de dépenser cette somme. Le Dragon 62 était en effet associé dans une collaboration européenne de secours incluant l’Angleterre et même les Pays-Bas. Utile quand on sait que les équipes du Touquet se sont déjà rendues sur des cargos, pour réveiller l’homme de quart qui ne répondait plus à la radio.

source : La Voix du Nord
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
Romain-59
Nouvelle recrue
Nouvelle recrue


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 05 Juil 2013
Messages: 44
Localisation: Nord (59)

MessagePosté le: 15 Fév 2014, 19:38 Répondre en citant Revenir en haut de page

Depuis son départ de Lille en 2010, on savait qu'il n'allait plus rester longtemps dans la région ... smile_transpire
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
sdf 30
Passionné accro
Passionné accro



Inscrit le: 31 Jan 2010
Messages: 1063

MessagePosté le: 16 Fév 2014, 14:15 Répondre en citant Revenir en haut de page

C'est marrant mais en cette période de revendications je n'ai pas vu les sp de la région Nord Pas de Calais manifester devant les préfectures en s'inquiétant de la sécurité de leurs concitoyens (même si les SDIS 59 et 62 regrettent cette décision). Certes il ne s'agit pas d'un moyen sp mais c'est quand même un moyen qui la majorité du temps intervient à leurs côtés.
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
GI
Passionné accro
Passionné accro



Inscrit le: 14 Déc 2005
Messages: 1458
Localisation: IDF

MessagePosté le: 16 Fév 2014, 15:49 Répondre en citant Revenir en haut de page

cf sur cette thématique l'article sur les hélicos de la SC, paru ds le sp mag de ce mois-ci

ambiance délétèree de guerre de clocher Samu/SC/gendarmerie
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
sdf 30
Passionné accro
Passionné accro



Inscrit le: 31 Jan 2010
Messages: 1063

MessagePosté le: 24 Fév 2014, 09:39 Répondre en citant Revenir en haut de page

J'ai pu lire cet article. Je pense que c'est à l'Etat de faire le ménage. Comme dans beaucoup d'administrations, il y a certainement des économies à faire, des actions ont déjà été menées avec les hélicos (les machines GN sont entretenues à Nîmes, avec celles de la SC). Mais attention à ne pas faire n'importe quoi, les hélicos SMUR ne pouvant techniquement remplir toutes les missions des Dragons (treuillage, transport d'une unité spécialisée,...). L'exemple de la zone de défense de Paris montre qu'il n'est pas compliqué de définir qui fait quoi. Par ailleurs, sans vouloir faire de chauvinisme, la Sécurité Civile au sens large reste d'après la loi MoSC l'acteur principal des secours.
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
sdf 30
Passionné accro
Passionné accro



Inscrit le: 31 Jan 2010
Messages: 1063

MessagePosté le: 24 Fév 2014, 12:12 Répondre en citant Revenir en haut de page

Malheureusement contre-exemple d'économie, sachant que l'hélicoptère en question est actuellement en chantier peinture, contre l'avis des sp guyanais

http://guyane.la1ere.fr/2014/01/22/les-sapeurs-pompiers-reclament-un-helicoptere-aux-couleurs-de-la-securite-civile-102929.html
Citation:
L'hélicoptère réclamé depuis des années par les sapeurs-pompiers sera en Guyane en avril. Une bonne nouvelle sauf que son habillage bleu, blanc, rouge ne convient pas aux pompiers qui le veulent orange et jaune, les couleurs de la sécurité civile pour l'exclusivité de son usage et leur sécurité.
Voilà déjà plus de 15 ans que les sapeurs-pompiers de Guyane bataillent pour obtenir un hélicoptère. Après moult courriers la première prise en compte par un directeur de la sécurité civile de cette revendication date de 1999. De nombreuses personnalités (préfets et ministres) ont alimenté depuis une cohorte de promesses non tenues. La grève des pompiers de novembre 2011 a accéléré le mouvement et finalement le président de la république, François Hollande, lui même, a annoncé en décembre l'octroi de cet hélicoptère pour début 2014.
Un hélicoptère aux couleurs de la sécurité civile
Le 15 janvier une délégation de la sécurité civile confirme la mise à disposition de l'engin pour le mois d'avril. les sapeurs-pompiers découvrent que cet hélicoptère sera bleu, blanc et rouge.
Pour le secrétaire général UTG des sapeurs-pompiers de Guyane, le lieutenant Julien Deroche, cet habillage ne correspond pas à la directive européenne CEN 1789/2007 qui fixe les couleurs de la sécurité civile orange et jaune. De plus selon lui cet appareil qui aurait donc un caractère inter ministériel pourrait être réquisitionné par d'autres services de l'Etat à n'importe quel moment. Par ailleurs, ces couleurs ne garantiraient pas la sécurité des agents de la sécurité civile en cas d'intervention dans des zones dangereuses comme les sites d'orpaillage illégaux par exemple.
En clair, selon le syndicat UTG, il faut pas qu'il y ait d'exception guyanaise. Cet appareil à l'instar de ceux mis à disposition aux Antilles et sur le territoire national doit afficher les couleurs officielles de la sécurité civile.

source : Guyane 1ère
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé




Montrer les messages depuis:      
Répondre au sujet
Autres sujets de discussions
protection civile et sécurité civile le 13/01/2006
reforme de la securité civile le 30/03/2006
Croix rouge ou protection civile? le 15/04/2007
Semaine de la sécurité civile 8-12 octobre 2007 le 03/10/2007
pilote d'helicoptere dans la securité civile le 11/11/2008
[Doublon] BESOIN D INFOS SECURITE CIVILE le 22/02/2009
rémerciements à la sécurité civile de chamonix le 08/08/2009
rentrer dans la sécurité civile en sous officier le 08/02/2010


 Sauter vers:   

Sécurité civile : les Dragon menacés ?


Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

pompier



.:: Forum Pompier : forum dédié au métier de sapeur pompier ::.
Création / Gestion : Evoclic - Copyright 2005 - 2015 - Tous droits réservés

Ce forum est destiné aux sapeurs pompiers et passionnés.
Tous les logos et marques sont des propriétés respectives.
Toute copie entière ou partielle de ce site peuvent faire l'objet de poursuite judiciaire.
Les propos tenus sont de la responsabilité de leurs auteurs.
Forum-pompier.com est déclaré à la cnil sous le numéro 1112890
Powered by phpBB © 2001, 2011 phpBB Group