Pompiers
Accueil  •  FAQ  •  Contact  •  Liste des Membres  •  Vos départements  •   S'inscrire sur Forum Pompier  •   Messages Privés  •   Connexion
Forum Pompier : le forum dédié au métier de sapeur-pompier

Vous ne pouvez pas participer car vous n'êtes pas inscrit : inscription gratuite !
Le nombre des pompiers volontaires continue à baisser


Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Répondre au sujet
Auteur Message
sdf 30
Passionné accro
Passionné accro



Inscrit le: 31 Jan 2010
Messages: 1063

MessagePosté le: 07 Nov 2014, 16:45 Répondre en citant Revenir en haut de page

brembored a écrit:
L'exemple des papas est bon aussi.
Quand tu deviens père, tu te demandes aussi si c'est intéressant de continuer à prendre des risques dans un vieux cuir, en partant au feu avec un vieux Fourgon sans ABS, sans ceinture, et avec un ARI acier qui te casse le dos pour aller au boulot le lendemain, en t'engouffrant sans radio dans la fumée, sans caméra thermique.
Et on peut alors comprendre que le gars refuse de prendre des risques inconsidérés parce que son SDIS se dit que les volos ne méritent pas mieux que ça.


Sans oublier les locaux d'un autre âge qui menacent ruine, qui prennent l'eau ou encore où l'installation électrique laisse franchement à désirer.
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
Shrulk
Modérateur
Modérateur


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 25 Fév 2006
Messages: 8321

MessagePosté le: 07 Nov 2014, 18:30 Répondre en citant Revenir en haut de page

Bonjour,

Ahhhh, les chiffres, les chiffres, ... on ne fait que parler de chiffres et on vient pleurer. "Mon Dieu, le volontariat se porte mal, les effectifs sont en baisse !"

Et l'analyse elle est où ? Perdre 700 SPV sur tout le territoire national, certes, au premier abord on peut sans doute éventuellement s'inquiéter, mais c'est qui ces 700 ? Si l'analyse révèle que ceci correspond au "nettoyage" de masse fait par les SDIS pour se débarrasser des SPV fantômes que l'on ne voyait jamais où qui étaient là uniquement sur le papier, alors ça ne me choque pas. Bref, tout cela pour dire qu'il faut aller plus loin dans l'analyse.

A aucun moment ici on ne regarde si on assure davantage les interventions... et ça ce n'est pas spécialement avec une quantité de SPV en masse que tu vas le faire. J'ai l'exemple concret dans ma caserne actuelle : dans les dernières décennies, les effectifs sont montés jusqu'à une quarantaine de sapeurs-pompiers... Aujourd'hui, nous sommes plus de 45 : pourtant cela ne nous empêche pas d'avoir des périodes rouge écarlate ou les engins ne sont pas en mesure de sortir complet faute de SP disponibles. Il y a déjà un contexte social à prendre en compte comme il a été dit précédemment. Auparavant, tu claquais un coup de sirène ou un appel général au bip, tu avais :
- les 5 cantonniers de la commune
- le menuisier
- les 2 agriculteurs
- le chef de centre patron de la boîte du coin
- etc.
Bref, tu sortais la moitié des engins. Pour une raison simple : les SPV bossaient en majorité sur leur secteur d'intervention. Hors, à ce jour, la tendance est largement à l'inverse, avec des étudiants en internat, des commerciaux tout le temps sur la route, des ouvriers travaillant en entreprise ou bureau en ville mais venant retrouver le calme de la campagne, j'en passe et des meilleurs...

Tout ça pour dire que, l'effectif même, en quelque sorte, on s'en tape... préférons-nous une caserne avec 30 pompiers, dont 70% sont conventionnés, travaillant sur le secteur, et qui sont capables d'armer systématiquement un départ fourgon à 6 la semaine en journée ? Ou une caserne à 50, sans aucune démarche RH, avec des VSAV en prompt secours à 2 ? Et c'est LA que repose le problème du volontariat... ce n'est pas sur les effectifs même à proprement dit. Si demain, on trouve des solutions miracles pour que toutes les casernes françaises puissent armer systématiquement un départ fourgon à 6 la semaine en journée, et que l'on a même une marge de manœuvre nous permettant de pouvoir "perdre" au cas où 10 000 SPV, alors prenons !

Un autre soucis est également venu se greffer : ARTEMIS ou autre système de déclenchement, qui "exige" de connaître l'état de disponibilité des sapeurs-pompiers. Je conçois entièrement que ceci peut être vu comme une contrainte, "tueuse" de SPV ou autre adjectif du genre, mais nous ne pouvons plus nous baser sur du "peut-être que"... Car c'est bien ce qui passait auparavant : on bipait la caserne, des grands coups d'appel général, on attendait, et on regardait qui venait... personne ? Ok, on fait sonner la caserne voisine et on recommence le cirque... Avouons que la réactivité d'un service public reste quand même "brandibolante" quand on est incapable de savoir à l'instant T ce que l'on est capable de mobiliser... L'appel général ou la sirène avait "quelques" avantages pour certains SPV : ils pouvaient "décider" s'ils pouvaient partir ou non, suivant l'heure de la journée, s'ils pouvaient s'arranger avec le collègue, etc. Chose irréalisable à ce jour puisque désormais, quand tu bipes, tu pars, point... Des systèmes permettent de revenir à cette solution de choix aujourd'hui, notamment avec les bips émetteurs/récepteurs, permettant de savoir en un très court instant, la "force" mobilisable ! Comme quoi l'informatique n'a pas que du mauvais...

A ce jour, il faut axer davantage nos recrutements sur de la rentabilité et du "qualitatif"... Quand je parle de rentabilité : c'est en terme de disponibilité. Mettre 10 SPV de plus dans une caserne, mais jamais là, ne sert à rien... par contre, 2 SPV, bossant sur secteur, conventionnés, là, deviennent beaucoup plus intéressant ! Il y a alors une perte de 8 mecs entre les 2 choix, mais on assure davantage nos interventions.

Il faut arrêter également de se dire "c'était mieux avant". La société évolue, la politique évolue, les mentalités évoluent, les religions évoluent, ... les pompiers doivent donc évoluer. Quand je vois que l'on se plaint de la durée des formations, mais qu'espérions-nous ? Il est fini le temps où l'on arrosait les fermes entièrement embrassées à la grosse lance de 70 et que l'on ramassait les blessés sur une civière, chargés à l'arrache dans l'estafette... Notre activité devient de plus en plus technique, et nous ne pouvons pas non plus dire que le niveau général soit excellent... On le voit sur intervention, en formation, ... J'entends trop souvent "ils nous saoulent à tout le temps changer le secourisme", ce à quoi je me fais un malin plaisir de répondre que la prochaine fois qu'il passera sur une table d'opération, il demandera à être soigné comme il y a 20 ans... Il est donc nécessaire de considérer 2 choses : d'une part, faire évoluer nos techniques de formation pour "rentabiliser" chaque heure de formation, là nous savons que nous pouvons faire des efforts, et d'autre part conserver un temps de formation suffisant... On ne devient pas "bon" en diminuant toujours et encore le nombre d'heures.

Après, oui je suis d'accord que l'on tire aussi sur la ficelle, à faire faire au SPV tout et n'importe quoi... et quand on commence à lever le petit doigt, des réponses du genre "il y a une convention avec le SAMU, c'est comme cela, on n'a pas le choix" fusent... Bref, on se voile continuellement la face. Le SPV à ce jour doit être d'accord avec tout, sinon on lui dit gentiment d'aller se faire voir...

Bye.

_________________
Le site web consacré aux sapeurs-pompiers de Saint-Symphorien sur Coise
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéVisiter le site web de l'utilisateur Photos pompiers du membre Shrulk
jimmy03
Nouvelle recrue
Nouvelle recrue


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 18 Oct 2008
Messages: 23
Localisation: Allier

MessagePosté le: 09 Nov 2014, 21:42 Répondre en citant Revenir en haut de page

bonjour
je suis tout a fait avec toi bembored
je sors de FMA formateur PS et même la il y a des inégalités.
le contenu des FMA équipiers PS nous a était donné sur clés USB, les photocopies sont a notre charge moniteur SPV , dans le 03 y a 3 MS et une MSR, 1 ou 2 moniteurs voir 3 par compagnie de 5 a 6 CS et c est pas tous les moniteurs qui fond de la FMA. Sa fait de la copie , vous me dirais fait tes copies au centre, mais un CPI m a pas les mêmes fournitures en bureautique qu'un CS , pas de VL pour tous les moniteurs qui se déplacent dans les centres voisins .les moniteur ne cours pas les rues , plus de SPV, plus de formateur ,moins de stages, le temps pour se former s'allonge donc encore une démotivation de plus .
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
sebdf68
Passionné
Passionné


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 04 Fév 2007
Messages: 371
Localisation: haut-rhin

MessagePosté le: 13 Nov 2014, 16:44 Répondre en citant Revenir en haut de page

Pas entièrement d'accord avec toi shrulk. Comme on est sur un forum, je vais en débattre.

Ton analyse est pertinente mais elle oublie un détail qui pour moi est important.

Il y a quelques années encore, la force du volontariat c'était sa diversité et sa masse.
En 1999, avec un tempête du feu de dieu, j'ai vue mon cpi (trop jeune à l'époque pour en être) gérer l'ensemble des interventions due à ce gros coup de vent et il en était de même dans quasiment tout les villages des environs de chez moi.

Si la même chose se produit de nos jours, je suis certains (puisque sur des évènements de moindre importance, ils ont du mal à suivre) que les pompiers n'arriveras pas à suivre la demande.

Le pompier volontaire, il avait l'avantage c'est d'offrir comme le professionnel un réponse au quotidien du secour, bien sur, mais aussi et surtout d'offrir une réponse aux situation exceptionnels exigeant du monde mais vraiment du monde et pas 6 vtu pour transporter 12 pauvres bonhommes qui viennent des 4 coins du département. (Et je parle pas des 4 vl de commandemment... smile_tirelalangue ).
Parce que à un moment donnée, ben des bras il en faut, sa fait quand même rire jaune de voir qu'en 2014, quand survient un gros évènements les sdis doivent racler les fonds de tiroir pour trouver du monde, là ou 10 ans auparavant, les quelques centres concerné se débrouillaient en quasi autarcie... De nos jours, la moindre inondation de 2 3 patelins et c'est tout le sdis qui est bousculé... et une myriade d'officier qui sont de sortie.
Il y a même pas 15 ans (voir 10 ans), c'était 4-5 centres proches qui étaient de sortie en masse et un pitaine qui gérait le tout...

On peut viserce que l'on peut appeler l'efficience d'activité quotidienne, certe, mais les gens ne comprendrons pas qu'en 2014, on arrive pas à gérer quelque évènement que l'on arrivait à gérer en 1990.

Réduire l'activité du spv au seul départ normal, c'est faire perdre totalement la force du système.

Citation:
A ce jour, il faut axer davantage nos recrutements sur de la rentabilité et du "qualitatif"... Quand je parle de rentabilité : c'est en terme de disponibilité. Mettre 10 SPV de plus dans une caserne, mais jamais là, ne sert à rien... par contre, 2 SPV, bossant sur secteur, conventionnés, là, deviennent beaucoup plus intéressant ! Il y a alors une perte de 8 mecs entre les 2 choix, mais on assure davantage nos interventions.


Rentabilité qualitative, qui ne concerneras qu'une minorité de personne dans tous les cas. Ou alors on part du principe qu'on se prive d'office des bonnes volontés...
Parce que malgrès le conventionnement, des patrons qui lachent les gars pour tout ou n'importe quoi... il y en pas 100. (Le but d'une boite c'est de faire de l'argent, il faut pas l'oublier).
Les administrations jouent elle même pas le jeu... (les communes sont pas toujours d'accord pour voir leur employés se barrer en plein milieu de la journée x fois par mois).
On a un système bancal qui ne tient qu'un temps même avec les conventionnement, le jour ou les boites ne voudront plus de conventionnement, le système s'effrondreras de lui même.
Et seul la masse permet d'anticiper et de soulager le personnel et aussi de rendre le conventionnement plus acceptable.
(Si j'ai une masse de 50 spv, même si une partie est lointaine, le seuil de dispo de ces 50 seras plus important que celui de seulement 30 gars).

La technicité des sp... un beau mythe.
Certe, on a des beau caisson qui font des flammes, mais la technique
des lances, c'est bien moins complexe qu'apprendre à rouler. (Et je pense que tu ne vas pas me contredire la dessus et PL sera le premier à dire que c'est pas une science complexe l'extinction pour le sp, puisqu'il faut parler simple et pas partir dans des concepts déconnecté des problématiques terrains), et je dirais même, que les tendances vont à la simplification des manoeuvres...
La désincarcération, des outils existent pour simplifier le savoir (tablette informatique avec données constructeurs...), le matériel se simplifie même et devient bien plus efficace (pince à 700 bars, au lieu de 350 bars, éclairage et poids optimisé...).
Ah, on se fait peur avec les véhicule électriques mais la tendance de l'éctrique est stagnante et le nombre ne devait pas exploser demain, de plus, un bon document constructeurs permet de bien gérer le risque....
L'ascenseur, les ascensceur électronique c'est devenu assez simple à utilisé et de toute manière, le chiffre d'inter décroit.
Les nids de guêpes, les captures d'animals, les fuites d'eau ne sont pas devenu plus technique...
Hormis le secourisme (et encore, le pse 1et 2 ne sont pas plus complexe que ce que nos anciens apprenait), il y a peu de chose qui soit techniquement difficile et longue à retenir.
Même le lspcc, et là il faut le souligner c'est une réussite française, le lspcc à bien simplifier des choses tout en sécurisant également les progressions.
Alors oui, on a des spécialité plus complexe, mais c'est aussi que l'on appelle cela des spécialité...

Le recrutement sur la disponibilité uniquement, prive le monde volontaire et les sp en général d'un grand nombre de personne qui pourrait apporter bien des choses.
Un patron de PME peu apporter des choses mais ces disponibilité sont bien plus limité qu'un fonctionnaire de mairie...
Un employé dans la chimie à 30 min de sa commune peut apporter bien des choses même si il est pas présent en journée.
Un prof de sport travaillant dans 3 lieu différent par semaine également, un bucherons, un électriciens, un ingénieurs, un boulanger, un boucher.... (un ou une bien sur).
c'est le recrutement varié qui fait la richesse d'un cpi et sa capacité opérationnel.

C'est un peu similaire dans l'avancement, il faut du temps pour passer les formations, pour avoir ce temps, il faut avoir un boulot permettant de disposer de ce temps (surtout que les sdis sont des experts pour annuler les formations en dernières minutes).
Et donc on fait avancer ceux qui ont le temps et pas forcément les personnes les plus aptes. (surtout en matière de management).
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéMSN Messenger
Shrulk
Modérateur
Modérateur


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 25 Fév 2006
Messages: 8321

MessagePosté le: 13 Nov 2014, 23:33 Répondre en citant Revenir en haut de page

Salut,

D'une manière générale je te rejoins, et mes propos ne vont pas à l'encontre de cela. A ce jour, je ne dis pas de se "priver" de toute bonne volonté, malgré qu'il ne soit jamais dispo la semaine, je dis juste qu'il est bon d'essayer d'axer nos efforts de recrutement... sans pour autant snober la recrue spontanée qui passe à la caserne...

sebdf68 a écrit:
(Si j'ai une masse de 50 spv, même si une partie est lointaine, le seuil de dispo de ces 50 seras plus important que celui de seulement 30 gars).

Et bien je ne suis pas certain tu vois... Nous sommes 46 SP à ce jour, j'ai connu le centre sous les 30 SP... car à l'époque où j'avais "que" 30 gars, on arrivait à en faire venir pas mal à l'appel général ou sur coup de sirène car beaucoup bossaient à proximité... chose que je ne peux plus faire avec mes 46.

Donc j'en reviens à ma conclusion, le chiffre ne fait pas tout, il faut ensuite voir ce que l'on peut en tirer... Si maintenant on a possibilité de toucher tout le monde par nos campagnes, alors faisons-le, mais à choisir, privilégions la "rentabilité" et axons nos efforts sur les personnels qui auront beaucoup de disponibilité.

Citation:
La technicité des sp... un beau mythe.

Non, je ne suis pas d'accord... L'activité devient de plus en plus technique. Du moins, le nombre d'éléments à prendre en compte est de plus en plus important. Je vais reprendre tes exemples :

- l'incendie ? Avant on crachait sur le feu avec des lances pas top, on ne parlait même pas de phénomènes thermiques, beaucoup de SP ne savaient même pas ce qu'était réellement le feu...
Et puis viens l'incendie avec les problèmes liés à l'évolution de la technologie : à commencer par les panneaux photovoltaïques, qui modifient la gestion opérationnelle de certaines interventions par exemple

- la désincarcération ! Ok pour les tablettes, mais me dire qu'il est presque plus facile de découper une toyota pryus avec une tablette en support plutôt qu'une vieille 205 j'ai du mal à y croire... Les prétensionneurs de sécurité, les cartouches pyrotechniques des airbags qui désormais, sur certains modèles, ne pètent pas complètement suivant la puissance de choc donc risque que l'airbag déclenché repète à nouveau, etc. Sans parler des câbles électriques qui passent un peu de partout, réduisant nos possibilités de coupe...

- Les voitures électriques ? Ah ah... le parc des voitures électriques en location rechargées sur bornes va atteindre 250 voitures sur l'agglo lyonnaise si ce n'est pas déjà fait (Bluely). A cela tu rajoutes les 30 voitures Sunmoov... Le problème réside surtout lorsque la batterie brûle...

- Les ascenseurs ? De moins en moins simples suivants les modèles, avec quelques surprises parfois.

Bref, depuis quelques dizaines d'années, l'activité a énormément évolué en terme technique et le nécessitait d'ailleurs...

Bye.
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéVisiter le site web de l'utilisateur Photos pompiers du membre Shrulk




Montrer les messages depuis:      
Répondre au sujet
Autres sujets de discussions
[Vieux topic] pompier+maladie de Chron le 10/07/2005
[Vieux topic..] future pompier le 11/07/2005
Language pompier le 04/08/2005
si vous étiez pas pompier le 08/08/2005
Recherche famille avec maman pompier pour émission tv le 11/08/2005
Faut il construire une école réserve au pompier?? le 01/10/2005
[Vieux sujet] Pompier a Lyon le 01/10/2005
le nombre de coup de sirene ... le 05/10/2005


 Sauter vers:   

Le nombre des pompiers volontaires continue à baisser


Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

pompier



.:: Forum Pompier : forum dédié au métier de sapeur pompier ::.
Création / Gestion : Evoclic - Copyright 2005 - 2015 - Tous droits réservés

Ce forum est destiné aux sapeurs pompiers et passionnés.
Tous les logos et marques sont des propriétés respectives.
Toute copie entière ou partielle de ce site peuvent faire l'objet de poursuite judiciaire.
Les propos tenus sont de la responsabilité de leurs auteurs.
Forum-pompier.com est déclaré à la cnil sous le numéro 1112890
Powered by phpBB © 2001, 2011 phpBB Group