Pompiers
Accueil  •  FAQ  •  Contact  •  Liste des Membres  •  Vos départements  •   S'inscrire sur Forum Pompier  •   Messages Privés  •   Connexion
Forum Pompier : le forum dédié au métier de sapeur-pompier

Vous ne pouvez pas participer car vous n'êtes pas inscrit : inscription gratuite !
Caractéristiques des hydrants (BI, PI, réserves...)


Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Répondre au sujet
Auteur Message
SapLal
Référent MATERIEL
Référent MATERIEL


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 18 Aoû 2005
Messages: 6464
Localisation: Métropole Lilloise - SDIS 59

MessagePosté le: 22 Mai 2007, 17:31 Répondre en citant Revenir en haut de page

Toutes les caractéritistiques propres aux hydrants utilisés en défense contre l'incendie sont précisées dans la circulaire interministérielle n°465 du 10/12/1951 que voici :


CIRCULAIRE Interministérielle n° 465 du 10 Décembre 1951

La circulaire du 5 avril 1944 a donné quelques directives d'ensemble sur les débits à prévoir pour l'alimentation du matériel d'incendie et sur les mesures à prendre pour constituer des réserves d'eau suffisantes.

Cependant, l'examen des nombreux projets qui parviennent aux ministères de l'Intérieur, de la Reconstruction et de l'Urbanisme et de l'Agriculture a permis de constater certaines divergences d'interprétation de ces instructions entre les divers services intéressés.

La présente circulaire a pour objet de préciser et de compléter les règles selon lesquelles ces projets doivent être établis. Elle abroge et remplace la circulaire du 5 avril 1944.


Chapitre premier

Généralités sur l'extinction des incendies - Principes généraux

Dans tous les cas, il importe de partir des deux idées essentielles suivantes :

- L'engin de base de lutte contre le feu est la motopompe de 60 m3/h dont sont dotés les centres de secours.

- La durée approximative d'extinction d'un sinistre moyen peut être évaluée à deux heures.

Comme corollaire immédiat, il en résulte que les sapeurs-pompiers doivent trouver sur place, en tout temps, 120 m3 d'eau utilisables en deux heures. La nécessité de poursuivre l'extinction du feu sans interruption exige que cette quantité puisse être utilisée sans déplacement des engins.

Il est à noter que les besoins ci-dessus ne constituent que des minima et que, lorsque les agglomérations présentent des risques importants (quartiers saturés d'habitations, vieux immeubles où le bois prédomine, usines, entrepôts, théâtres, etc...), il y aura lieu de prévoir l'intervention simultanée de plusieurs engins pompes de 60 m3/h : l'estimation du débit horaire dont il sera nécessaire de disposer à proximité de chaque risque isolé doit être fonction du nombre de lances que comporte le plan d'attaque des sapeurs-pompiers.


Chapitre II

Travaux a envisager

Les besoins rappelés au chapitre précédent peuvent être satisfaits indifféremment :

- à partir d'un réseau de distribution ;
- par des points d'eau naturels ;
- par des réserves artificielles.


1°) Réseau de distribution :

Le réseau de distribution présente le très gros avantage de rendre possible la multiplication des prises d'eau et, par voie de conséquence, de réduire la longueur des tuyaux de refoulement employés par les sapeurs-pompiers, les pertes de charge et l'usure du matériel.

Cas normal :

Le réseau est capable d'alimenter une pompe à incendie qui refoule l'eau prélevée en lui communiquant la pression nécessaire.

Un tel réseau ne peut cependant prétendre assurer à lui seul la défense de la localité desservie que s'il remplit les conditions suivantes :

- le ou les réservoirs doivent permettre de disposer d'une réserve d'eau d'incendie d'au moins 120 m3, compte tenu, éventuellement, d'un apport garanti (1) pendant la durée du sinistre ;

- les canalisations doivent pouvoir fournir un débit minimum de 17 litres/seconde (2) ;

- la pression de marche des prises, avec ce débit, doit permettre aux sapeurs-pompiers l'utilisation de tuyaux souples d'alimentation; en principe, cette pression doit être au moins de 1 kg/cm²; cependant une pression moindre pourra être admise sous réserve de ne jamais descendre au-dessous de 0,600 kg/cm².

Ce réseau doit alimenter des prises d'incendie constituées par des bouches de 100 mm ou, de préférence, par des poteaux de même diamètre, plus visibles.

(1) Garantie justifiée par l'auteur du projet.
(2) Valeur arrondie de 16,661/s qui peut être également admise comme débit minimum.


Bouches et poteaux d'incendie

Pour des raisons de normalisation les bouches et poteaux d'incendie doivent avoir un diamètre de 100 mm.

Ces appareils doivent, en principe, être alimentés par des conduites et des branchements d'un diamètre au moins égal à leur orifice. Toutefois, leur installation peut être admise sur des canalisations d'un diamètre moindre, susceptible de fournir le débit de 17 litres/seconde sous la pression minimum indiquée ci-dessus.

Ils doivent être conformes aux normes françaises S 61-211 et S 61-213 homologuées le 31 mai 1951 (J.O. du 10 juin 1951) et en particulier être incongelables et être dotés :

- pour les bouches, d'une douille à rebord saillant permettant le branchement des raccords à levier du type Keyser ou dérivés ;

- pour les poteaux, d'un orifice principal de 100 mm, muni d'un raccord symétrique fixe de 100 mm et de deux orifices secondaires munis de raccords symétriques fixes de 65 mm.

Ces prises doivent se trouver, en principe, à une distance de 200 à 300 m les unes des autres et être réparties en fonction des risques à défendre après une étude détaillée de ces derniers.

Toutefois, si le risque est particulièrement faible, la zone de protection de certaines bouches d'incendie pourra être étendue à 400 m.

Leurs emplacements doivent être accessibles en toute circonstance et signalisés.

Cas particuliers :

Bouches de 150 mm (norme S 61-211)

Dans certaines grandes villes, les sapeurs-pompiers disposent d'engins dits " à grande puissance " de débits horaires de 120 m3 et plus.

Ils pourront être conduits à demander l'installation de quelques bouches de 150 mm à proximité de risques particulièrement importants ; celles-ci devront évidemment être installées sur des canalisations maîtresses d'un débit en rapport avec celui de l'engin.

Réseau à grande pression

Dans certains cas exceptionnels (régions montagneuses en particulier) les pressions existant dans le réseau permettent l'utilisation directe de lances sans interposition d'engins pompes.

La défense contre l'incendie de la localité à l'aide de prises directes pourra être admise, sous réserve :

- que le ou les réservoirs permettent de disposer d'une réserve d'eau d'incendie de 120 m3 ;

- que les canalisations soient susceptibles de fournir un débit minimum de 8 litres/seconde ;

- que la pression de marche des prises, avec ce débit, soit au moins de 6 kg/cm².

Ce réseau alimentera des prises constituées par des poteaux de 70 mm, munis d'un seul orifice avec raccord symétrique fixe de 65.

Ces appareils devront se trouver, en principe, à une distance de 100 à 150 m les uns des autres et être répartis en fonction des risques à défendre après une étude détaillée de ces derniers.

Leurs emplacements doivent être visibles et accessibles en toutes circonstances.


2°) Points d'eau naturels :

Les points d'eau naturels -cours d'eau, mares, étangs, puits, pièces d'eau, etc.- peuvent, dans de très nombreux cas, satisfaire aux besoins des services d'incendie.

Cependant, avant de se prononcer sur leur utilisation possible, il importe de s'assurer :

- que le point d'eau sera, en toute saison, en mesure de fournir en deux heures les 120 m3 nécessaires ;

- qu'il sera au maximum à 400 mètres des risques à défendre ;

- que la hauteur d'aspiration ne sera pas, dans les conditions les plus défavorables, supérieure à 6 mètres ;

- que le point d'eau sera toujours accessible à l'engin pompe.

Il conviendra alors de préparer soigneusement, à proximité immédiate des plans d'eau, des points d'aspiration afin d'éviter toute perte de temps et tout incident ou accident susceptibles de nuire à la rapidité de mise en œuvre des engins des sapeurs-pompiers.

Parmi les travaux à exécuter il y a lieu de signaler: :

- La création de barrages ou de bassins de retenue pour compenser l'insuffisance de profondeur ou de débit d'un cours d'eau ou réduire la vitesse de son courant.

- L'aménagement d'aires ou de plates-formes permettant aisément la mise en œuvre des engins et la manipulation du matériel. Leur superficie sera au minimum de 12 m² (4 X 3) pour les motopompes et de 32 m² (8 X 4) pour les autopompes.

Ces aires seront aménagées soit sur le sol même, s'il est assez résistant, soit au moyen de matériaux durs: pierres, béton, madriers, etc… Elles seront bordées du côté de l'eau par un talus soit en terre ferme, soit de préférence en maçonnerie ou en madriers, ayant pour but d' éviter que, par suite d'une fausse manœuvre, l'engin ne tombe à l'eau. Elles seront établies en pente douce (2 cm par mètre environ) et en forme de caniveau très évasé de façon à permettre l'évacuation constante de l'eau de refroidissement des moteurs.

Ces points d'aspiration seront avantageusement doublés, tout au moins aux endroits jugés les plus utiles, afin de permettre l'utilisation des engins éventuellement appelés en renfort en cas de sinistre important.

- La construction, dans certains cas particuliers: sol mouvant, bords de mer ou de rivière, d'estacades per- mettant l'aspiration verticale.

- Lorsque, pour des raisons quelconques, il ne sera pas possible d'approcher d'un point d'eau, la mise en communication de celui-ci par une tranchée ou une conduite souterraine avec un puisard à créer en un endroit très accessible et le plus près possible de la rive. Ce puits doit avoir la profondeur voulue pour que, en tout temps, la crépine d'aspiration se trouve au moins à 0,30 m au-dessous de la nappe d'eau et également au minimum à 0,50 m du fond.

S'il s'agit d'eau particulièrement boueuse ou sablonneuse, il sera prudent de prévoir entre le point d'eau et le puits d'aspiration une fosse de décantation.

Ce puisard devra être muni d'un couvercle et tenu constamment fermé.

- La création vers les points d'eau de voies d'accès convenablement entretenues et praticables en toutes circonstances et en tout temps.


3°) Réserves artificielles :

Les réserves artificielles doivent être créées en des endroits judicieusement choisis par rapport aux bâtiments à défendre et facilement accessibles en toutes circonstances.

Chacune d'elles doit avoir une capacité minimum de 120 m3 d'un seul tenant; toutefois, lorsque son alimentation est assurée par un réseau de distribution ou par une source, cette capacité peut être réduite du double du débit horaire de l'appoint.

L'ouvrage ainsi défini permet d'assurer une défense suffisante contre un risque moyen situé dans un rayon de 400 mètres.

La constitution de ces réserves peut être assurée par la collecte des eaux de pluie ou de ruissellement, par le captage de sources, par le drainage de marécages, au moyen d'un branchement sur le réseau, enfin, à partir d'un point d'eau éloigné, au moyen de récipients ou de tonnes ou même par les engins pompes des sapeurs- pompiers. Dans ces derniers cas, il appartient au maire ou pour l'ensemble du département au préfet, de fixer par arrêté les conditions dans lesquelles les sapeurs-pompiers assureront cette opération.

Ces réserves peuvent être constituées par des citernes, bassins, piscines, lavoirs, abreuvoirs et autres points d'eau similaires.

Citernes :

Les citernes enterrées présentent sur les bassins de nombreux avantages au point de vue de l'hygiène, de la réduction des risques d'accidents, de la diminution des inconvénients du gel et de l'évaporation, etc…

Elles doivent comporter un regard de visite de 0,80 m environ de côté ou de diamètre fermé par un tampon circulaire et, à son aplomb, au point bas du radier, un puisard d'aspiration de 0,40 m de profondeur destiné à recevoir aisément la crépine des tuyaux d'aspiration de l'engin pompe.

Lorsque leur alimentation sera assurée à partir d'un réseau de distribution d'eau potable, la canalisation d'amenée devra, pour éviter tout retour, déboucher à un niveau supérieur à celui du trop-plein.

Lorsque le remplissage sera assuré par drainage ou collecte des eaux de ruissellement, on pourra être amené à prévoir un dispositif de décantation des boues.

Piscines :

Les piscines, par leur capacité, présentent un intérêt certain au point de vue de la lutte contre le feu.

Cependant, lorsque la disposition des lieux ne permettra pas l'accès du bassin aux engins d'incendie, il y aura lieu de prévoir à la partie basse de l'installation une ou plusieurs prises spéciales ou branchements d'au moins 100 mm. Ces canalisations aboutiront, en principe, sur la voie publique et seront terminées -selon leur orientation- par une douille à rebord saillant de 100 mm formant bouche ou par un raccord symétrique fixe de 100 mm analogue à celui équipant les poteaux d'incendie.

Ces branchements seront munis d'une vanne de barrage chaque fois qu'ils seront en charge.

Lavoirs :

Les lavoirs constituent, en général, à eux seuls des réserves insuffisantes ; il conviendra donc de leur adjoindre des bassins de façon à obtenir les 120 m3 d'eau nécessaires.


4°) Cas exceptionnels :

Puisards d’aspiration :

Dans les localités normalement défendues dans leur ensemble par un réseau de distribution avec bouches ou poteaux de 100 mm, il est possible que, dans certaines zones éloignées du réservoir, la pose d'appareils débitant 17 litres/seconde nécessite l'installation de canalisations dont le prix de revient grèverait de charges anormales les finances municipales.

Afin de pallier cet inconvénient, il y aurait normalement intérêt à construire des réserves artificielles telles que définies précédemment.

Toutefois, lorsque les risques seront peu importants, et que les canalisations prévues auront au minimum 80 mm de diamètre, et débiteront 6 litres/seconde à gueule bée, il pourra être admis la création de puisards d'aspiration.

Ces puisards, d'une capacité minimum de l'ordre de 2 m3, seront alimentés par un branchement de diamètre égal à celui de la conduite du réseau. Ils seront maintenus fermés par un tampon. Leur branchement sera muni d'une vanne de barrage normalement fermée, et débouchera à la partie haute du puisard. Ces ouvrages seront munis à leur partie basse d'une décharge perdue de très faible débit les maintenant vides en temps normal. De tels puisards offrent, sur les bouches de 100 mm insuffisamment alimentées, l'avantage d'éviter de mettre les conduites en dépression, tout en demeurant utilisables, à un régime évidemment réduit, par les motopompes de 60 m3/h des centres de secours.

Leur espacement devra être de l'ordre de 200 à 300 mètres. Ces puisards pourront être combinés avec des réservoirs de chasse d'égout.

Citernes de 60 m3 :

Toute propriété, maison isolée dans la campagne: ferme, château, maison de culture ou d'habitation, écart présentant des risques limités doit pouvoir être défendu contre l'incendie.

Or, s'il n'existe pas de points d'eau naturels, l'obligation de satisfaire les besoins précédemment énoncés pourrait conduire à des dépenses exagérées eu égard aux risques à défendre.

Pour des raisons d'économie, il pourra être admis la création de réserves de 60 m3 seulement, mais ceci est un minimum et doit être une exception.


Chapitre III

Réalisation de la défense


Communes urbaines :

Dans les communes urbaines, en raison de l'importance des besoins, le technicien chargé de l'établissement d'un projet d'adduction d'eau est normalement conduit, toutes questions de lutte contre l'incendie mises à part, à prévoir des réservoirs importants et des conduites de distribution de fort diamètre.

La lutte contre le feu peut donc normalement être assurée par des bouches ou poteaux d'incendie utilisés conjointement avec les points d'eau naturels existants.

Il y aura cependant avantage à faire passer les canalisations maîtresses à proximité des quartiers présentant des risques importants.

Dans certaines zones défavorisées, il y aura lieu d'aménager soit des réserves artificielles, soit des puisards d'aspiration.


Communes rurales :

Dans les communes rurales, lé réseau n'est en général pas suffisant, sans augmentation sensible des dépenses, pour assurer la lutte contre l'incendie.

- Si la commune dispose de points d'eau naturels répondant aux conditions du chapitre II : le réseau peut alors être établi sans tenir compte des besoins du service d'incendie, mais les points d'eau doivent être soigneusement aménagés.

- Si la commune ne dispose pas de points d'eau naturels suffisants: il importera alors de faire la balance entre le prix de revient de la défense à l'aide du réseau de distribution convenablement renforcé, à l'aide de réserves artificielles ou enfin grâce à la combinaison simultanée des deux solutions.

Lorsque la localité n'est pas étendue, la création de réserves artificielles se montrera en général plus économique. C'est ainsi qu'une agglomération groupée, ayant 800 m dans sa plus grande dimension, peut être efficacement défendue par une citerne centrale de 120 m3 ; une commune dont les habitations s'échelonnent sur 1500 m au maximum le long d'une route peut être utilement défendue par deux ouvrages de même capacité judicieusement répartis.

Au-delà, le problème nécessitera une étude détaillée et une comparaison économique et technique des diverses solutions.

En particulier, on évitera de prévoir des renforcements de canalisations dans lesquelles, en service normal de distribution, la vitesse de l'eau serait très faible et on n'hésitera pas à améliorer la défense incendie et la distribution normale par des maillages judicieusement situés.

Le calcul des réseaux en service normal et d'incendie devra être établi compte tenu de ces maillages.

En tout état de cause, il est précisé que la solution tendant à assurer la défense d'une agglomération à l'aide d'une seule bouche de 100 mm est à éviter: en effet, l'appareil unique peut être inutilisable par suite de détériorations et, de toutes façons, ne permet pas l'intervention simultanée de plusieurs engins pompes. Il y aura donc lieu soit de doubler cet appareil par une seconde bouche ou par un puisard d'aspiration, soit de prévoir la création d'une citerne alimentée par le réseau.


Chapitre IV

Prises accessoires

L'ossature de la protection contre l'incendie ayant été constituée par les moyens susceptibles d'assurer pendant deux heures l'alimentation des motopompes de 60 m3/h, il pourra y avoir intérêt, lorsque cela sera possible, à installer en supplément des " prises accessoires " pouvant permettre aux sapeurs-pompiers d'une commune non centre de secours d'attaquer un feu avant l'arrivée des engins du centre voisin ou à ce dernier de compléter son action.

Ces prises accessoires pourront être constituées :

1. Si les conduites sont en mesure de débiter 17 litres/seconde, mais si le ou les réservoirs d'alimentation ne permettent pas de disposer en tout temps d'une réserve d'eau d'incendie de 120 m3 : par des bouches de 100 mm ou de préférence par des poteaux d'incendie de même diamètre du modèle décrit au chapitre II (appareils utilisables par les motopompes de 30 m3/h ou, momentanément, par des motopompes de 60 m3/h).

2. Si les conduites sont en mesure de débiter 8 litres/seconde sous une pression de marche de 0,6 kg/cm² au minimum: par des bouches de 70 mm ou de préférence par des poteaux de même diamètre munis d'un seul orifice, les uns et les autres étant équipés avec un raccord symétrique fixe de 65 mm (appareils utilisables par les motopompes de 30 m3/h).

3. Si les conduites sont en mesure de débiter 4 litres/seconde sous une pression de marche de l'ordre de 4 kg/cm² : par des bouches de lavage ou des bornes de 40 mm, munies d'un raccord symétrique fixe de 40 mm.

Il demeure cependant bien entendu que toutes ces prises ne sont considérées que comme accessoires et ne dispensent en rien de la réalisation des aménagements mentionnés aux chapitres précédents, dont elles ne sont que les compléments.


Chapitre V

Participation de l'État aux travaux de défense contre l'incendie

Voir texte complet.


Chapitre VII

Contrôle de l' exécution des travaux

Voir texte complet.


RÉPONSES MINISTÉRIELLES

Voir texte complet.


Source : SDIS 89 - Circulaire du 10/12/51

PS : Merci de me signaliser toute erreur ou omission qui aurait pu se glisser dans ce "petit" topic... ^^

_________________
Image
Halte à l'immobilisme chez les SP ! Soyons acteurs dans nos CIS ! RetEx/Innovations/Adaptations
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéEnvoyer un e-mailVisiter le site web de l'utilisateur Photos pompiers du membre SapLal
SapLal
Référent MATERIEL
Référent MATERIEL


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 18 Aoû 2005
Messages: 6464
Localisation: Métropole Lilloise - SDIS 59

MessagePosté le: 16 Juin 2007, 16:02 Répondre en citant Revenir en haut de page

Voici quelques clichés pour illustrer les matériels cités ci-dessus :

Image Poteau d'incendie de 100 mm, coffre fermé (photographe : SPV-SDIS69)

Image Poteau d'incendie de 100 mm, coffre ouvert (photographe : SPV-SDIS69)

Image Poteau d'incendie de 150 mm, coffre ouvert (photographe : joebar78740)

Image Poteau d'incendie de 150 mm, coffre ouvert (photographe : joebar78740)

Image Poteau d'incendie de 70 mm (photographe : joebar78740)

Image 6948 Bouche de 100 mm (photographe : Sap'Lal)

Image 2413 Bouche de 70 mm (photographe : Sap'Lal)

[Borne de 40 mm à venir]

Image Bouche de lavage, coffre fermé (photographe : joebar78740)

Image 6949 Aire d'aspiration engin-pompe (photographe : Sap'Lal)

[Aire d'aspiration motopompe à venir]

Image 6656 Citerne fixe (photographe : Sap'Lal)

[Citerne souple à venir]

[Piscine à venir]

Image Puisard d'aspiration (photographe : joebar78740)

Image Réserve de puisard d'aspiration (photographe joebar78740)


Merci aux photographes pour leurs précieuses contributions ! :)

Le réf matos. :mrgreen:
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéEnvoyer un e-mailVisiter le site web de l'utilisateur Photos pompiers du membre SapLal
SapLal
Référent MATERIEL
Référent MATERIEL


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 18 Aoû 2005
Messages: 6464
Localisation: Métropole Lilloise - SDIS 59

MessagePosté le: 14 Nov 2010, 18:30 Répondre en citant Revenir en haut de page

Edit : ajout de quelques clichés manquants...

@+ Sap'Lal
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéEnvoyer un e-mailVisiter le site web de l'utilisateur Photos pompiers du membre SapLal
protech17
Nouvelle recrue
Nouvelle recrue


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 26 Avr 2011
Messages: 3
Localisation: charente maritime

MessagePosté le: 26 Avr 2011, 09:56 Répondre en citant Revenir en haut de page

bonjour à tous

nouveau sur le forum, je suis là , principalement autant être franc ! pour des explications concernant un risque feu de forêt faible" sur le futur terrain ( démenagement ) du poney club de ma femme .

n'ayant pas d'eau sur le terrain, l'extension à 350 mètres de là, va déjà nous couter "un bras" !

Ce fameux risque feu de forêt faible, mais pour un établissement recevant du public,( moins de 50 personnes en simultanée, en plein air) nous impose des règles et investissement supplémentaires pour les accès et bassin pompier artificiel, si ce choix est autorisé. ( et là, je ne perdrai qu'un demi-bras, sauf si on m'impose un bassin fait par des fabricants homologués, bien plus honéreux ).
Ma question est de savoir, si on peut m'imposer ce type de bassin " homologué" ou si un bassin artificiel fait par nos soins , mais dans les normes ( 120m cube, etc..) peut être reçu ?
Bref, de savoir si la CIRCULAIRE Interministérielle n° 465 du 10 Décembre 1951 est d'actualité ou pas dans notre cas ?
A défaut d'affirmation, peut être pourrai vous m'indiquer des pistes à suivre..
Merci pour votre écoute et vos réponses.
cordialement
Pierre
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéEnvoyer un e-mail
SapLal
Référent MATERIEL
Référent MATERIEL


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 18 Aoû 2005
Messages: 6464
Localisation: Métropole Lilloise - SDIS 59

MessagePosté le: 26 Avr 2011, 11:59 Répondre en citant Revenir en haut de page

Salut et bienvenue sur le forum.

Tout d'abord sache que le texte de 1951 est toujours en vigueur mais qu'une réforme de la DECI est dans les tuyaux depuis des lustres maintenant, tu peux trouver le document de travail en cherchant un peu sur le net.

Pour le reste de tes questions, t'es-tu adressé au service prévision du SDIS 17, souvent ils sont de bon conseil et t'aident à choisir le meilleur compromis efficacité/prix, on sait tous que la caillasse c'est le nerf de la guerre, même avec la meilleure volonté du monde.

AMHA, érigé par un artisan ou par toi-même, tant que ta capacité d'eau comporte les dispositifs minimums exigés et est exploitable par les SP c'est tout bon !

Mais pose la question au SDIS, ils connaissent leur affaire ! Wink

@+ Sap'Lal


Dernière édition par SapLal le 26 Avr 2011, 20:30; édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéEnvoyer un e-mailVisiter le site web de l'utilisateur Photos pompiers du membre SapLal
protech17
Nouvelle recrue
Nouvelle recrue


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 26 Avr 2011
Messages: 3
Localisation: charente maritime

MessagePosté le: 26 Avr 2011, 18:17 Répondre en citant Revenir en haut de page

hello Sap'lal et merci pour ta réponse, qui me donne de bonnes infos,( j'ai trouvé ce que dit la DECI sur le net, et même un truc sur ce forum..

Bon, mais de toutes façons, nous essayons de rentrer en contact avec le sdis 17 , tu as raison, ce sera bien plus direct; tu parles du service "prévision", peut être veux tu dire "prévention", non ?

dans tous les cas, je te tiens informé de la réponse du sdis local..

merci encore et @+

Pierre et fabienne
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéEnvoyer un e-mail
SapLal
Référent MATERIEL
Référent MATERIEL


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 18 Aoû 2005
Messages: 6464
Localisation: Métropole Lilloise - SDIS 59

MessagePosté le: 26 Avr 2011, 20:29 Répondre en citant Revenir en haut de page

La prévention c'est les mesures prises pour éviter la survenue d'un sinistre, et empêcher sa propagation pour limiter les effets.
Elle se traduit par des règles relatives à la construction, l'implantation, les aménagements intérieurs et les équipements techniques des bâtiments concernés.

La prévision c'est le fait d'anticiper les événements à venir si la prévention était mise en défaut.
Ce sont des mesures techniques et tactiques pour juguler au plus vite un départ de feu.

La DECI c'est dans la prévision.

Voilà pour la différence entre ces deux termes ! Big_sourire Wink

@+ Sap'Lal
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéEnvoyer un e-mailVisiter le site web de l'utilisateur Photos pompiers du membre SapLal
protech17
Nouvelle recrue
Nouvelle recrue


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 26 Avr 2011
Messages: 3
Localisation: charente maritime

MessagePosté le: 27 Avr 2011, 07:59 Répondre en citant Revenir en haut de page

SapLal a écrit:
La prévention c'est les mesures prises pour éviter la survenue d'un sinistre, et empêcher sa propagation pour limiter les effets.
Elle se traduit par des règles relatives à la construction, l'implantation, les aménagements intérieurs et les équipements techniques des bâtiments concernés.

La prévision c'est le fait d'anticiper les événements à venir si la prévention était mise en défaut.
Ce sont des mesures techniques et tactiques pour juguler au plus vite un départ de feu.

La DECI c'est dans la prévision.

Voilà pour la différence entre ces deux termes ! Big_sourire Wink

@+ Sap'Lal


me voila un peu plus informé ce matin !
merci donc pour ces nouvelles infos
hier on est pas tombé sur les bonnes personnes, mais j'espère qu'aujourd'hui ça va l'faire...
@+ sap'lal
Pierre & Fabi
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéEnvoyer un e-mail
yves l'indien
Passionné impliqué
Passionné impliqué


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 23 Fév 2009
Messages: 806
Localisation: Bretagne

MessagePosté le: 12 Juil 2012, 10:57 Répondre en citant Revenir en haut de page

http://www.amg33.fr/admin/upload/pdf_fiches/46_ft.pdf
En milieu rural a risque faible, il va être demandé 30 m3 /1 heure mais surtout La distance passe de 200 m a 400 m, hors en rural on trouve beaucoup de VPI la norme du VPI= 200 m de 70 mm ??
Yves l'indien

_________________
retraité pompier et toujours passionné par la technique
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéEnvoyer un e-mailMSN Messenger
brembored
Référent ENGINS
Référent ENGINS


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 07 Juin 2005
Messages: 12086
Localisation: Rhône-Alpes

MessagePosté le: 15 Jan 2013, 11:47 Répondre en citant Revenir en haut de page

Doit-on y voir une protection "juridique" par rapport à l'existant?

On sait qu'en rural il est bien rare de trouver réellement un poteau tous les 200m, donc sans doute des responsabilités qui pourraient être recherchées en cas de sinistre qui tourne mal faute d'eau?

Donc en modifiant le texte, on colle un peu plus à la réalité et on s'épargne des soucis à bon compte?

Le problème des VPI était déjà existant, il ne sera pas simple du jour au lendemain de les remplacer par des engins plus lourds (VPI 1000, FPTL, etc) à cause de budgets et du permis C qui est alors nécessaire.
Mais on peut se demander aussi si l'envoi d'un CCGC à l'appel ne se généralisera pas.

Ce qui serait de toute façon plus pertinent qu'un 2ème FPT à 6...
En rural on a besoin de beaucoup d'eau et peu de bras, à l'inverse de l'urbain

_________________
Sauvons les CPI http://opti-secours.over-blog.fr/
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé Photos pompiers du membre brembored
Shrulk
Modérateur
Modérateur


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 25 Fév 2006
Messages: 8323

MessagePosté le: 15 Jan 2013, 13:56 Répondre en citant Revenir en haut de page

Salut,

Cela se fait déjà notamment dans le Rhône, beaucoup des départs pour feu sont complétés par un porteur d'eau, notamment en CCI. Le dernier en date était un départ pour feu de ferme, avec un départ lourd + CCI. L'avantage est que même en rural, tu te sens moins c*n avec 2 fourgons, 7000L de flotte en plus et une échelle...

Bye.

_________________
Le site web consacré aux sapeurs-pompiers de Saint-Symphorien sur Coise
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéVisiter le site web de l'utilisateur Photos pompiers du membre Shrulk




Montrer les messages depuis:      
Répondre au sujet
Autres sujets de discussions
Remorque pour vérificateur hydrant le 15/09/2006
Compteur d'eau hydrant le 03/05/2016
[Nord] Feu d'appartement et problème d'hydrant... le 12/08/2011


 Sauter vers:   

Caractéristiques des hydrants (BI, PI, réserves...)


Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

pompier



.:: Forum Pompier : forum dédié au métier de sapeur pompier ::.
Création / Gestion : Evoclic - Copyright 2005 - 2015 - Tous droits réservés

Ce forum est destiné aux sapeurs pompiers et passionnés.
Tous les logos et marques sont des propriétés respectives.
Toute copie entière ou partielle de ce site peuvent faire l'objet de poursuite judiciaire.
Les propos tenus sont de la responsabilité de leurs auteurs.
Forum-pompier.com est déclaré à la cnil sous le numéro 1112890
Powered by phpBB © 2001, 2011 phpBB Group