Pompiers
Accueil  •  FAQ  •  Contact  •  Liste des Membres  •  Vos départements  •   S'inscrire sur Forum Pompier  •   Messages Privés  •   Connexion
Forum Pompier : le forum dédié au métier de sapeur-pompier

Vous ne pouvez pas participer car vous n'êtes pas inscrit : inscription gratuite !
[Aube] 22% de SPV en moins en 6 ans


Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Répondre au sujet
Auteur Message
Endersen
Nouvelle recrue
Nouvelle recrue


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 05 Sep 2011
Messages: 19

MessagePosté le: 06 Mar 2015, 16:11 Répondre en citant Revenir en haut de page

Citation:
Merci pour ton message.

merci à tous d'avoir ouvert cette discussion,
par rapport à ton anecdote, pl.lamballais, ça me fait penser à toutes ces manoeuvres incendie ou on te regarde monter des tuyaux sous eaux dans une tour d'exercice, goguenard. Car le sous off, il a rouvert la division que tu as fermée.

Pour finir à chaque fois par dire: "oui c'est par souci de formation, comme ça vous savez qu'il faut pas alimenter en bas "
alors que si ça tenait à nous, évidemment on ne le ferait pas, parce que "par souci de formation", on en a déjà tiré quelques quintaux de tuyau alimentés :)
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
Antoine41
Modérateur
Modérateur


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 17 Fév 2006
Messages: 4139

MessagePosté le: 07 Mar 2015, 10:11 Répondre en citant Revenir en haut de page

Ca me rappel le débat il a quelque temps sur le forum de l'utilité des pompes en formation...

Honnêtement, je ne suis pas un SP qui sait tout sur tout, j'ai des lacunes mais aussi des points forts et des qualités (de l’humour entre autre...heureusement ça sauve parfois). J'ai aussi 34 ans (s'te vieux... smile_tirelalangue ) et maintenant quelque années de services sans pour autant être un vieux sarce, j'ai pas mal d'expérience dans le privé, comparé pas mal de SDIS et de CS, analysé pas mal de chose et j'ai mon avis, souvent arrêté, mais je sais débattre et argumenter...en conséquences....je n’apprécie que moyennement d'être traité comme un "gosse" en formation par des formateurs souvent plus jeunes et moins expérimenté dans la vie mais qui ont les chevilles qui pète les rangeurs tellement ils se prennent pour "dieu-le-père".

Les formations se passent toujours mieux avec un formateur respectueux de ses stagiaires, qui sait utiliser leurs qualités et expliquer le pourquoi du comment.

J'en veux pour exemple les dernières formations CA d'avant la réforme dans un SDIS que je connais bien. 12 candidats, 10 collés...sans aucune explication! Lorsque les gars se sont tournés vers l'officier en charge de la formation pour demander pourquoi ils avaient été collé et sur quoi ils devaient bûcher...ils se sont vu envoyer littéralement ch**r!! Il n'y avait aucune raison que cet officier leur donne une explication (selon lui)...lamentable...

Résultat, à la session de rattrapage organisé exceptionnellement par le SDIS en raison du taux d'échec (mais encadré par le même officier) et l'approche de la réforme...idem...les 10 re-collé...sans explication!

Je vous dis pas les soucis que cela à engendré dans les CS et CI qui attendait avec impatience des CA tout engins...en prévision de la réforme... smile_mal

Bref...pas sur que sur ces 10 là beaucoup soient encore SPV d'içi 1 an...vu comment on les traite.

Perso, j'espère passer la FAE CA cette année...une entourloupe comme celle là et mon BIP se retrouvera dans la tronche du responsable....

A+
smile_coolman

_________________
Un forum c'est comme une boîte de chocolat : on ne sait jamais sur quel Modo on va tomber!
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéMSN Messenger Photos pompiers du membre Antoine41
sebdf68
Passionné
Passionné


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 04 Fév 2007
Messages: 371
Localisation: haut-rhin

MessagePosté le: 07 Mar 2015, 12:07 Répondre en citant Revenir en haut de page

C'est marrant comme la formation est un marqueur.

Dans la démotivation que je connais chez des sp déjà bien engagé depuis 5 ou 6 ans. Ce qui revient dans la bouche de tous et la mienne également c'est la formation qui est géré comme on gère des kilos.

Si n'importe quel boite gérait ses employés comme les sdis gèrent les formations des spv, je vous dit pas les grèves à répétition qu'il y aurait...

On à tous des exemples de jeunes ou moins jeunes qui vont à des formations mais qui sont prévenu la veille au soir qu'elle a bien lieu, ou qu'elle est annulé...
Entre le mic mac qu'est devenu l'avancement avec la réforme et les mic mac propre à chaque sdis. La formation est devenu un vrai casse tête même pour les mecs déjà bien inséré.

Et puis effectivement, un mec de 30 ans posé avec un travail et inséré socialement il va pas forcément accepter des brimades qu'on fait subir à des jeunes de 18 ans. Pas que physiquement, il n'en soit pas capable, mais parce qu'il a un vécu qui fait que les petits caporaux sa passe pas très bien.
Mais, je dois avouer que de ce coté, le sdis fait des efforts. (et c'est bizarre à dire mais au final les pires petit caporaux que j'ai connus en formation ou ailleurs c'était des spv, des spv qui pouvaient pas comprendre que les spv en face d'eux ne fassent pas autant d'heures que eux chez les sp. Les pros qui prennent le temps de formé des spv, en général, ils sont conscient de nos contraintes et ouvert d'esprit sur le fait qu'un électricien de métier peut mieux que lui expliquer au groupe se que représente le risque électrique....).

après j'ai aussi eu des formateurs pro "nul", mais en discutant dans leurs casernes c'étaient des "nul" tout court. Des mecs qui ont tout vue et tout fait...
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéMSN Messenger
Shrulk
Modérateur
Modérateur


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 25 Fév 2006
Messages: 8321

MessagePosté le: 09 Mar 2015, 20:37 Répondre en citant Revenir en haut de page

Bonjour,

Sujet très intéressant auquel je m'intéresse personnellement pour le cas de ma caserne. La question que je me pose depuis pas mal de temps est : "comment faire "plaisir" à nos SP" ?

Un SP qui prend du plaisir, c'est un SP qui reste... J'essaie vraiment de réfléchir sur pas mal de choses, pour tenter d'améliorer les choses à mon niveau, mais cela reste complexe. J'ai aussi beaucoup échangé avec Pierre-Louis il y a de cela quelques temps sur différents sujets, et ses analyses sont tout de même assez intéressantes.

Mais selon moi, le débat va bien au-delà de la formation. Le fait de trouver les formations "trop longues" n'est qu'une projection de problèmes sous-jacents... Je pense que l'on se trompe en partie dans l'analyse. Je vois beaucoup de personnes qui ont des passions, qui adorent ce qu'ils font, et qui y consacrent des heures. Vous ne connaissez personne qui joue au foot, qui se tape 2 entraînements par semaine de 20h à 22h, sous la neige l'hiver, sous la pluie de temps et temps avec le match le week-end le dimanche matin tôt ou le samedi soir à la place de la sortie avec les potes ? Et pourtant, il n'a rien en retour, et même pire, c'est lui qui paie pour y aller lorsqu'il règle sa licence... On peut prendre exemple également avec les conseillers municipaux des mairies, qui pour certains y consacrent des heures, sans rien en retour, avec des réunions fréquentes. Des exemples comme ceux-ci, il y en a plein... et pourtant, il n'y a rien en retour. Donc pourquoi nos SP, qui y consacrent autant de temps que les exemple précédents (tout est relatif), mais n'y "gagnent" notamment en monnaie, râlent de plus en plus ?

Beaucoup plus de choses sont à prendre en compte :

- Les bâtiments :

Il est toujours plus motivant de mettre les pieds dans une caserne en bon état et propre. Des SDIS font l'effort de rénover ou construire de nouvelles casernes, pas d'autres.

- Les engins/tenues :

Là encore une fois, il est toujours plus motivant de partir avec des engins récents et en bon état. Idem pour les tenues d'intervention.

- La formation :

Bon, il faut bien y venir... Certes, il y a encore de grooooos efforts à faire en terme de qualité de formation et d'intérêt pour les SP. Mais cependant, à un moment donné, on ne peut pas non plus réduire toujours plus... nous sommes en 2015, et il faut tout de même un résultat. Pour cela, il faut se former, c'est indéniable...

Maintenant, en terme de contenu, il y aurait effectivement beaucoup de tri à faire :
- quel intérêt pour un stagiaire de savoir qu'un anneau cousu fait entre 18 et 25mm de diamètre ? Aucun. La corde a un allongement inférieur ou égal à 4% ? On s'en tape... La corde a un diamètre de 12 à 13mm ? On s'en fou aussi... On peut très bien se contenter de juste désigner les matériels présents dans le lot, les quantités, en donnant une résistance globle de 2T... cela me semble entièrement suffisant, et permet juste de leur apporter ce qu'il faut savoir pour de l'opérationnel.
- combien d'échelons sur une échelle à coulisse et quelle largeur ? Pareil, on s'en tape... Qu'elle fasse une trentaine de kilos, environ 8m permettant d'atteindre un 2ème étage suffit amplement. C'est ce qui leur servira en inter...
- le demi-raccord du tuyau de 45mm fait 40mm ? On s'en tape encore...
- etc.

On ne se pose pas assez la question à mon sens : de quoi a besoin mon pompier sur intervention en terme de savoir ?

Ensuite, plus le contenu est intéressant, plus le pompier est content de sa formation. Car on se rend bien compte que personne ne rechigne pour certaines formations : je pense notamment à la conduite tous-terrains, ou encore à certains spécialités.

Dans le Rhône par exemple, depuis l'arrivée des "moniteurs incendie", de nouvelles formations courtes sont proposées, mais non imposées. Et là, on se rend compte qu'il y a tout de même de la demande. C'est bien que certains ont "envie" d'en faire plus et sont donc demandeurs...

Comment donc faire en sorte que les SP aient envie de venir en formation, en manœuvres, ... qu'ils soient demandeurs pour résumer ?

On "essaie" depuis quelques temps dans ma caserne de travailler toujours plus sur la réalité du terrain et de se rapprocher au mieux de ce que pourra trouver le SP en inter... Fini notamment le recyclage ARI avec le sac plastique dans le masque : utilisation systématique de fumée si possible, dans des locaux proches de ce que l'on peut trouver en intervention. On essaie également de travailler davantage la progression en ARI avec une lance... en eau ! Bref, sur ce qui se passera demain en intervention...

Je vais également tenter de monter une petite formation de 4h sur la PAO (Prévention Appliquée à l'Opérationnel) à destination des chefs d'agrès. C'est notamment une lacune, où les chefs d'agrès sont très peu informés... Beaucoup ne savent pas ce qu'ils peuvent trouver dans des bâtiments, comment ils fonctionnent, à quoi ils servent, etc. Même, je me rends compte qu'avec le temps il y a eu des déformations. Combien de fois entendons-nous des SP affirmer que le désenfumage dans beaucoup d'établissements est réservé aux SP ? Faux...

Travaillons davantage sur la qualité du contenu et je pense que les retours seront plus positifs...

De même pour les formateurs. A ce jour, la qualité de formation des formateurs est à mon sens à revoir. Ils sont censés enseigner des choses pas toujours maîtrisées, ou alors on ne leur apporte pas tous les éléments pour leur permettre d'enseigner un contenu... influant donc ainsi sur la qualité de formation des stagiaires.

Pour finir, quand on aura également compris que les SP ne sont pas bons à tout faire, peut-être que l'on pourra avancer et désigner des personnes responsables de choses qu'elles maîtrisent. Ceci évitera peut-être des power point bourrés de fautes d'orthographe, mal conçus, avec plein de texte ce qui est totalement anti pédagogique, des formations faites par des "formateurs" alors qu'ils ne sont pas spécialement faits pour ça, etc. On part beaucoup trop du principe qu'un SP, on peut le place à un poste, lui confier une tâche, lui apporter une potentielle formation pour effectuer sa tâche et qu'ensuite il sera compétent dans cette tâche... personnellement, je me rend compte que cela ne marche pas...

- L'encadrement :

A ce jour forme des pompiers, pas des managers... eux-même formés par des pompiers, qui eux aussi ont été formés par des pompiers, avec transmission où non des coutumes ? Le 1er a ramassé en formation ? Il fait alors ramasser le suivant. Ce suivant fera ramasser les autres plus tard... et s'il y en a un qui rechigne ? "hey gone, tu n'as pas connu mon époque où c'était pire"... Heureusement, on perd de plus en plus ces coutumes parfois inutiles.

On nous forme qu'à encadrer en opérationnel, mais pas en qualité de gestionnaire ou de responsable du personnel. Pas étonnant de voir des aberrations avec des choses inutiles.

Notre système hiérarchique est également un gâteau empoisonné. On nous donne des grades, avec des fonctions de chefs parfois, et tiens, va commander les autres comme cela t'enchante, voici le tas de papiers à faire et qu'il faut suivre... Le grade, indirectement donne une certaine "valeur" à des personnes leur permettant d'accéder à des fonctions d'encadrement sans avoir réellement la compétence de "manager" si on peut dire cela ainsi. C'est une certaine problématique dans certaines casernes où l'on voit des échecs totaux...

L'amicale :

Et oui ! Forcément ! Si tu veux que tes SP viennent, encore faut-il qu'ils aient envie de voir les collègues. Quoi de mieux que d'aller passer une matinée en manœuvre avec tes potes ou des collègues que tu apprécies ? Pour cela, les amicales ont selon moi un énorme rôle à jouer dans l'ambiance de caserne. Il y a plein de choses à développer.



Je passe également l'aspect communication qui a déjà été abordé. Mais avec un peu de communication, on amène du monde...

Pour finir, Alex, je ne suis pas spécialement d'accord avec la flexibilité comme le modèle du COD 1. Dans ma caserne, nous essayons d'exploiter au maximum les effectifs. Nous sommes passés récemment de 5 piquets à 6 piquets d'astreinte et envisageons potentiellement un 7ème l'année prochaine. Pour cela, nous avons tiré au maximum les capacités. La majorité des piquets sont à 4, avec 1 seul sous-off CA INC par piquet, un conducteur PL au moins, un chef d'équipe et un équipier. Fini tous les piquets à 6 ou 7 où il fallait attendre un départ fourgon pour être certain de sortir dans ton week-end d'astreinte. A 4, étant donné que le VSAV fait la majorité des départs, tu es pratiquement sûr de sortir si une ambulance sonne... Pour la tonne c'est pareil. Et autre avantage, ceux qui se mettent dispos pour compléter savent qu'ils peuvent potentiellement sonner au fourgon pour compléter. De ce fait, plusieurs avantages :
- des piquets moins nombreux donc plus de piquets = moins d'astreintes à l'année donc moins de contraintes
- du personnel d'astreinte presque assuré de sortir en cas d'intervention lui évitant de bloquer son week-end et d'entendre le VSAV partir sans y être dedans
- du personnel hors astreinte qui ose plus se mettre disponible car il sait qu'en cas de 2ème départ ou de fourgon, c'est peut-être pour sa tronche...

Hors, si j'applique ton modèle avec une seule formation, l'exemple ici ne fonctionne plus car il faut que tous ceux dans les piquets soient capables de partir à tout... Si tu me met un seul porteur ARI, 1 mec que COD 1 et 2 autres polyvalents, alors je ne peux plus être seulement 4 dans le piquet vu que je ne peux pas sortir le VSAV avec les 4... Donc flexibilité ? Pas si sûre...

Excusez-moi pour le roman.

Bye.

_________________
Le site web consacré aux sapeurs-pompiers de Saint-Symphorien sur Coise
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéVisiter le site web de l'utilisateur Photos pompiers du membre Shrulk
pl.lamballais
Référent INC
Référent INC


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 26 Avr 2005
Messages: 2272
Localisation: Brasilia (Brésil)

MessagePosté le: 09 Mar 2015, 21:28 Répondre en citant Revenir en haut de page

Excellent message de mon ami Shrulk.

Il y a un point qui fait la différence entre le footballeur et le SP. Et ce point est particulièrement gênant.

Quand le gars va à l'entrainement pour le foot, c'est pour rencontrer les copains, mais c'est aussi avec un but: ne pas passer pour des brêles au prochain tournoi, même si ce n'est qu'un tournoi local.
Dans le cas d’athlètes de haut niveau, on les voit s'entraîner des années pour les jeux olympiques car ils savent ce qu'il y feront et ils savent quand ça va se dérouler.
Et quand le gars n'est pas sélectionné, on voit bien la grosse claque qu'il se prend car d'un coup ça devient "tout ça pour rien".

Difficile d'imaginer une motivation constante auprès de sportifs qui n'auraient pas de but. On voit d'ailleurs la grande difficulté de la fédération d'Aikido par rapports aux fédérations de Judo ou de Karaté, du fait qu'il n'y a pas de compétition d'Aikido.

Or, chez les SP, non seulement on doit s'entraîner pour "tout", mais en plus on ne sait jamais si ça va servir. Et on ne peut pas augmenter le nombre d'usage de ce que l'on sait. En effet, comme on est toujours dépendant du délais d'intervention, impossible d'avoir des territoires énormes: la plus grande qualité des secours c'est leur proximité, or qui dit proximité dit petit territoire, qui dit petit territoire dit faible population et qui dit faible population dit petit nombre d'interventions. CQFD.

Quand Coubertin disait "l'essentiel c'est de participer", c'est vrai. Et nous, on est les seuls à devoir s'entraîner sans JAMAIS savoir si on va participer. Pire, si on est logique, on ne devrait, idéalement, JAMAIS participer et toute la prévention va dans ce sens. On est donc dans le cadre d'une activité paradoxale!

On en arrive d'ailleurs à avoir des gens qui multiplient les formations. C'était mon cas quand j'étais SPV: pas beaucoup d'inter dans le CPI, donc on bouffait de la formation. On était d'ailleurs bloqué par un système logique, mais qu'on acceptait pas trop: ainsi on pouvait monter des gardes postées en journée dans un CSP à 40km de chez nous, c'était cool parce que là, au moins, ça sortait. Sauf que le SDIS ne voulait pas trop, l'argument étant "si vous pouvez aller en journée là-bas c'est que vous êtes dispo, donc vous devez rester sur votre secteur". On appréciait pas, mais faut avouer que ça se tenait.

Mais alors, comment faire? A partir du moment où on ne peut pas augmenter le nombre d'inter ou que, si ça augmente, c'est toujours les inter 'pas trop intéressantes', il faut faire preuve d'imagination.
Quand j'ai commencé à m'intéresser aux caissons, j'ai bossé pour en faire à bas prix et j'ai toujours été extrêmement déçu de voir que les SDIS ont toujours voulu garder le jouet chez eux. Les départements ont généralement 1 ou 2 caissons, qu'ils payent une fortune, alors qu'un 12m ça coûte une misère et qu'on pourrait en mettre 1 pour 5 casernes par exemple.

Je prend souvent l'exemple de Virton en Belgique, où les gars ont un caisson que pour eux (la caserne doit avoir 5 pros et 40 volontaires). Cela a beaucoup aidé le recrutement, et cela motive les gars.
Mais bon, c'est possible vu le système organisationnel Belge, mais en France, c'est difficile à imaginer.

Les conclusions sont les suivantes:
- On est SP pour faire des interventions
- La communication est faite sur les interventions ("venez chez nous, ça sort")
- Les interventions ne sont pas maitrisables en terme d’occurrence, durée...
- Il faut se former pour tous les cas, sans jamais savoir si ça va servir

La seule solution consiste donc à "faire semblant". Donc à avoir un parcours ARI dans la caserne, des exerices, des feux, des caissons... Si ça sert, super. Si ça sert pas, au moins les gars prendront plaisirs.

Amitiés
Pierre-Louis

_________________
http://www.flashover.fr
"Y a t-il un danseur de claquettes au bar du mess des officiers?" (WJ)
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéVisiter le site web de l'utilisateur Photos pompiers du membre pl.lamballais
Shrulk
Modérateur
Modérateur


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 25 Fév 2006
Messages: 8321

MessagePosté le: 09 Mar 2015, 22:06 Répondre en citant Revenir en haut de page

Re,

Entièrement d'accord. Autre exemple : nous faisions avant des manœuvres feu de VL avec le "bon, vous imaginez que la voiture là-bas brûle..." Pas terrible, et les gars passaient leur temps à arroser une voiture saine...

Il y a 2 ou 3 ans je crois, nous sommes allés voir le garagiste du coin : "salut, j'aurai besoin de 3 voitures à faire brûler", et le tour est joué... tu ne peux pas faire plus réaliste ! :mrgreen:

D'autre part, il faut désormais que l'on fasse adhérer nos stagiaires au contenu qu'on leur enseigne. Nous avions beaucoup trop une politique de "tu apprends et tu exécutes, ne poses pas de questions". Sauf qu'il ne faut pas oublier que nos stagiaires réfléchissent, et bien qu'ils n'y connaissent rien au départ, s'ils ne comprennent pas, ils n'adhèrent pas, se demandent "mais qu'est-ce qu'il me raconte lui", et on retrouve des erreurs en intervention car ils ne trouvent aucune logique... On en revient au "pourquoi". Je le vois surtout en recyclage SAP ou parfois les stagiaires veulent faire les choses bêtement, cela ne fait que traduire le fait qu'ils n'ont pas compris l'objectif à atteindre et/ou qu'ils n'ont pas compris à quoi sert le matériel qu'ils ont entre les mains... S'ils adhèrent et ne plus faire les choses bêtement, ils vont réfléchir et sentir davantage d'utilité dans leur action. De ce fait, tu valorises le stagiaire et lui donne envie. Je prends mon exemple personnel, je prends beaucoup plus de plaisir à faire quelque chose que je comprends, en connaissant l'objectif, plutôt que de faire bêtement quelque chose sans me soucier de savoir si c'est bon ou mauvais.

J'avais vu une partie d'une vidéo, [quote=http://info.arte.tv/fr/le-bonheur-au-travail]le bonheur au travail[/quote] sur arte. Ils expliquaient notamment qu'auparavant il était beaucoup plus facile de diriger des ouvriers dans certaines usines, car une majeure partie était illettrée, et malheureusement on peut en déduire que leur sens de la réflexion devait sans doute être beaucoup plus limité qu'à l'actuel, permettant d'en faire un peu "ce que l'on veut". Hors à ce jour, ce n'est plus le cas. Ils ont pris l'exemple d'une usine où un nouveau dirigeant a supprimé toute forme de hiérarchie. Tout le monde est au même rang et au-dessus, le directeur... point final. Une nouvelle organisation a été mise en place avec des groupes de travail, comprenant des ouvriers. Ils se sentent davantage impliqués dans leur travail, investis et surtout se sentent beaucoup plus concernés puisque c'est eux-même qui bossent sur leurs performances et leur organisation... Tu n'as donc plus envie de tout rejeter sur les chefs puisque c'est toi-même qui fait une partie du job et qui applique ce que tu as toi-même mis en place... Je pense que cette émission "le bonheur au travail" pourrait être en partie retranscrite au niveau SP.

Pour la disponibilité, nous subissons actuellement, comme toute caserne, des dispos de certains SP relativement basses... plutôt que de leur taper sur les doigts, j'ai posé la question en réunion d'encadrement de comment est-ce que l'on peut donner envie aux SP de se mettre disponibles. Mais la question à se poser avant tout est : pourquoi le SP ne se met-il plus ou moins disponible ? Il a signé un engagement, donc il avait envie... tu ne viens pas chez les SP par hasard. De ce fait, pourquoi aujourd'hui son envie en est-elle là ? Et comment la faire remonter ?

Bye.
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéVisiter le site web de l'utilisateur Photos pompiers du membre Shrulk
Alex63
Passionné accro
Passionné accro


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 14 Sep 2005
Messages: 1208
Localisation: 69

MessagePosté le: 10 Mar 2015, 09:56 Répondre en citant Revenir en haut de page

Salut,

je me retrouve tout-à-fait dans ton "roman", Pierrick, en ce qui concerne la formation et le management.

Je me suis fait la même réflexion que toi concernant la formation: aucun intérêt de connaître la largeur des échelons ou des anneaux cousus, en effet. Et ce ne sont que des exemples, il y a sans doute du temps à gagner là-dessus.

Concernant les manœuvres, pareil: toujours faire les même manœuvres de base, à plat et à sec, aucun intérêt. Les cas concrets où on imagine tout, où il faut être dans la tête du "scénariste" pour savoir ce qu'il avait derrière la tête et faire les gestes qu'il attend me saoulent aussi. Sans parler des mecs qui se prennent pour des instructeurs militaires, et qui prennent leur pied en pourrissant tout le monde en débriefing (quelque soit la performance des manoeuvrants!).

Vouloir donner plus de réalisme aux manœuvres est une excellente idée, je sais qu'aux USA il est très fréquent que les maisons devant être démolies servent pour un "live burn", et c'est plutôt sympa! Bon après niveau sécurité et environnement c'est moins cool que le plastique dans le masque ARI, dans les couloirs de la caserne...

Un autre point où il y a (beaucoup) de boulot: le management. En effet les SP (même à un niveau élevé!) sont bien formés au commandement mais visiblement mal formés au management. Pour donner des ordres sur inter, ça va, mais quand il faut gérer l'humain en caserne, ça coince souvent.

Après, il y a un autre point qui porte atteinte à la motivation, et c'est celui sur lequel Brembored revient souvent: la progression exponentielle des "daubes". Quand la plupart des inters sont des SAP à domicile sans notion d'urgence, c'est un peu agaçant. Et là, à notre niveau, on est limités pour agir...

@+ Alex
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé Photos pompiers du membre Alex63
brembored
Référent ENGINS
Référent ENGINS


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 07 Juin 2005
Messages: 12052
Localisation: Rhône-Alpes

MessagePosté le: 13 Mar 2015, 14:35 Répondre en citant Revenir en haut de page

Shrulk a écrit:
Mais selon moi, le débat va bien au-delà de la formation. Le fait de trouver les formations "trop longues" n'est qu'une projection de problèmes sous-jacents... Je pense que l'on se trompe en partie dans l'analyse. Je vois beaucoup de personnes qui ont des passions, qui adorent ce qu'ils font, et qui y consacrent des heures. Vous ne connaissez personne qui joue au foot, qui se tape 2 entraînements par semaine de 20h à 22h, sous la neige l'hiver, sous la pluie de temps et temps avec le match le week-end le dimanche matin tôt ou le samedi soir à la place de la sortie avec les potes ? Et pourtant, il n'a rien en retour, et même pire, c'est lui qui paie pour y aller lorsqu'il règle sa licence...


Attention quand même, ces passions notamment les sportifs n'empiètent pas forcément sur les congés de la petite famille Wink
Mais en effet, il faut vraiment se demander pourquoi les gens partent, les vraies raisons, pas juste une case à cocher "raisons personnelles" sur le questionnaire de démission...
Après, comme disaient certains plus hauts, quand les gens partent parce qu'ils sont blasés de cette corporation réac et arc-boutée sur le passé plutôt que tentée par l'avenir, ils s'en moquent du questionnaire en sachant bien que de tout façon rien ne changera...


Citation:
Il est toujours plus motivant de mettre les pieds dans une caserne en bon état et propre. Des SDIS font l'effort de rénover ou construire de nouvelles casernes, pas d'autres.


Je te rejoins, certains CPI ou CS en état déplorable montrent bien le peu de considération de certains SDIS pour les petites unités.
Mais au-delà de l'état, il faut aussi une caserne qui a une âme
Attention aux changements de casernes où on arrive dans un grand batiment sans âme, dur dur de reconstruire l'ambiance d'une caserne...

Citation:
Pour finir, Alex, je ne suis pas spécialement d'accord avec la flexibilité comme le modèle du COD 1. Dans ma caserne, nous essayons d'exploiter au maximum les effectifs. Nous sommes passés récemment de 5 piquets à 6 piquets d'astreinte et envisageons potentiellement un 7ème l'année prochaine. Pour cela, nous avons tiré au maximum les capacités. La majorité des piquets sont à 4, avec 1 seul sous-off CA INC par piquet, un conducteur PL au moins, un chef d'équipe et un équipier. Fini tous les piquets à 6 ou 7 où il fallait attendre un départ fourgon pour être certain de sortir dans ton week-end d'astreinte. A 4, étant donné que le VSAV fait la majorité des départs, tu es pratiquement sûr de sortir si une ambulance sonne... Pour la tonne c'est pareil. Et autre avantage, ceux qui se mettent dispos pour compléter savent qu'ils peuvent potentiellement sonner au fourgon pour compléter. De ce fait, plusieurs avantages :
- des piquets moins nombreux donc plus de piquets = moins d'astreintes à l'année donc moins de contraintes
- du personnel d'astreinte presque assuré de sortir en cas d'intervention lui évitant de bloquer son week-end et d'entendre le VSAV partir sans y être dedans
- du personnel hors astreinte qui ose plus se mettre disponible car il sait qu'en cas de 2ème départ ou de fourgon, c'est peut-être pour sa tronche...

Hors, si j'applique ton modèle avec une seule formation, l'exemple ici ne fonctionne plus car il faut que tous ceux dans les piquets soient capables de partir à tout... Si tu me met un seul porteur ARI, 1 mec que COD 1 et 2 autres polyvalents, alors je ne peux plus être seulement 4 dans le piquet vu que je ne peux pas sortir le VSAV avec les 4... Donc flexibilité ? Pas si sûre...


Attention, on parle bien du modèle Allemand, où, comme ils saoulent moins leur SPV, ils ont peu de turn-over, peu de démission, et ils sont 2 voire 3 fois plus nombreux
Il faut donc imaginer ces SPV mono ou bi-fonctions dans un effectif 2ou 3 fois plus important, et là ça marche Wink

A noter aussi que les Allemands ne saoulant pas leurs SPV avec le SAP, beaucoup de Centres ne tournent qu'à l'appel général, donc pas d'équipe d'astreinte à monter, et une dispo hallucinante quand ça bippe

Par contre très bonne démarche que de réduire le nombre d'astreinte pour moins tirer sur la corde...

_________________
Sauvons les CPI http://opti-secours.over-blog.fr/
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé Photos pompiers du membre brembored




Montrer les messages depuis:      
Répondre au sujet
Autres sujets de discussions
J'ai un oeil en moin le 08/05/2016
spv de moin de 18 ans le 07/10/2012
[Permutation] renseignement sur l aube le 01/09/2006
Incendie Parfumerie Nogent sur Seine (Aube) le 30/06/2009
promotion interne = moin de présence sur le terrain ? le 05/07/2010
Reportage photos dans une caserne Aube / Côte d'Or / Yonne.. le 29/12/2012
SDIS Aube - Troyes le 20/06/2014


 Sauter vers:   

[Aube] 22% de SPV en moins en 6 ans


Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

pompier



.:: Forum Pompier : forum dédié au métier de sapeur pompier ::.
Création / Gestion : Evoclic - Copyright 2005 - 2015 - Tous droits réservés

Ce forum est destiné aux sapeurs pompiers et passionnés.
Tous les logos et marques sont des propriétés respectives.
Toute copie entière ou partielle de ce site peuvent faire l'objet de poursuite judiciaire.
Les propos tenus sont de la responsabilité de leurs auteurs.
Forum-pompier.com est déclaré à la cnil sous le numéro 1112890
Powered by phpBB © 2001, 2011 phpBB Group