Pompiers
Accueil  •  FAQ  •  Contact  •  Liste des Membres  •  Vos départements  •   S'inscrire sur Forum Pompier  •   Messages Privés  •   Connexion
Forum Pompier : le forum dédié au métier de sapeur-pompier

Vous ne pouvez pas participer car vous n'êtes pas inscrit : inscription gratuite !
Pourquoi refuser aux SPV mineurs le droit de s'engager ?


Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Auteur Message
olivier1973
Passionné impliqué
Passionné impliqué


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 18 Nov 2006
Messages: 904
Localisation: Côtes d'Armor

MessagePosté le: 11 Nov 2012, 17:02 Répondre en citant Revenir en haut de page

Lu dans Le Figaro de ce week-end, un beau texte de Natacha Polony suite au drame de Digne les Bains. Elle commente les interrogations de certains sur le fait de laisser des SPV mineurs aller au feu (mais aussi sur les questions quand des soldats de 20 ans meurent en opération).

Citation:
Pourquoi nous est-il devenu insupportable que des jeunes gens meurent, même dans une tâche qu'ils ont voulu accomplir en conscience, et sachant parfaitement ce qui les attendait? Considérons-nous qu'à seize ou vingt ans on n'est pas apte à envisager les conséquences possibles d'un engagement? Ces histoires nous racontent notre rapport à la mort et notre rapport à la jeunesse. Une mort évacuée, et une jeunesse maintenue à toute force dans un état infantile.


(...)

Citation:
En refusant à Yann, le jeune pompier volontaire, le droit de s'engager au péril de sa vie, nous vidons de sa substance une existence qui avait pourtant trouvé, malgré sa terrible brièveté, tout son sens. Nous lui refusons le droit au dépassement, à la noblesse d'âme, alors même qu'il en a fait la preuve la plus absolue. Et nous envoyons à nos enfants un message désespérant: nous préférons qu'ils traînent leur vide existentiel devant des écrans abrutissants et dans des supermarchés dégorgeant leur futilité plutôt que de les voir se comporter en Hommes (avec cette majuscule qui englobe les genres), c'est-à-dire se montrer capables de grandeur.



J'aime beaucoup ces passages, qui sont un bel hommage à Yann Simeoni, mais aussi à Yohann Bauge, décédé sur un feu le 6 avril 2000, en Indre-et-Loire, à 17 ans.



Voici le texte intégral de cette chronique :

Citation:
Mourir à seize ans

par Natacha Polony

Perdre un enfant est sans doute la plus grande douleur au monde. Quel que soit l'âge de cet enfant, deux ans, vingt ans… Yann avait seize ans. Et la douleur de ses parents doit être infinie. Mais Yann rêvait depuis des années d'être pompier. Il avait suivi toutes les formations, jusqu'à cette première mission. Une mission anodine ; mais y a-t-il des missions anodines pour des pompiers, c'est-à-dire des hommes dont le métier est d'affronter les flammes et les sinistres?
Toutefois, par-delà le drame intime que vit cette famille, et la question des causes de l'explosion qui a tué deux pompiers de Digne-les-Bains, les interrogations qui ont suivi cette triste nouvelle ont de quoi laisser songeur. Immédiatement, on a vu surgir les commentaires sur l'âge de ce garçon. Seize ans, n'est-ce pas trop jeune pour s'exposer à un tel risque? Il avait tout juste l'âge minimal requis, mais cette frontière n'est-elle pas trop basse? Ne faudrait-il pas changer tout cela?

Insensiblement, on repense aux réactions qui avaient suivi la mort de soldats français en Afghanistan. Ils avaient vingt ans. Et ils furent présentés comme de quasi-enfants, trop jeunes pour être envoyés à la mort. Trop jeunes pour ce risque. Ces garçons n'étaient pourtant pas des appelés. L'abolition du service militaire a mis fin à ces situations terribles de jeunes garçons projetés dans un univers traumatisant, confrontés soudain à la mort et à l'horreur. Les soldats dont il est question étaient des militaires de carrière. Des hommes qui avaient choisi de servir la France, avec tout ce que cela peut signifier.

Pourquoi nous est-il devenu insupportable que des jeunes gens meurent, même dans une tâche qu'ils ont voulu accomplir en conscience, et sachant parfaitement ce qui les attendait? Considérons-nous qu'à seize ou vingt ans on n'est pas apte à envisager les conséquences possibles d'un engagement? Ces histoires nous racontent notre rapport à la mort et notre rapport à la jeunesse. Une mort évacuée, et une jeunesse maintenue à toute force dans un état infantile.

Les sociétés occidentales ont développé au cours du XXe siècle une idéologie fondée sur le culte de la vie individuelle, considérée comme la valeur première. Une conséquence conjointe du développement progressif de l'individualisme depuis la Renaissance et d'une réaction aux horreurs de 14-18 et de 39-45. En réponse aux idéologies meurtrières, qui ont massacré au nom d'un Bien suprême, nous avons porté la vie - et son corollaire, l'absence de souffrance - au sommet de notre hiérarchie symbolique. C'est à la fois compréhensible et respectable. Mais on peut estimer (avec, entre autres, Antoine de Saint-Exupéry dans Citadelle) que l'être humain a besoin pour se révéler de bâtir quelque chose qui dépasse le cadre de sa simple vie. On peut appeler cela la transmission. Mais cette aspiration s'exprime aussi dans le fait d'être capable de donner sa vie pour quelque chose qui la dépasse, et qui lui donne un sens.

Montaigne écrivait: «Qui apprendrait aux hommes à mourir leur apprendrait à vivre.» C'est par notre mort, par ce moment crucial où se recompose notre existence, que se dessine le sens que l'on peut donner à notre passage sur terre. Des hommes, ou des jeunes gens, qui ont choisi délibérément de mettre leur vie en danger au nom d'une idée qui les dépasse, donnent un sens à cette vie, un sens d'autant plus noble que l'idée qui le porte est emprunte de générosité, d'altruisme.

En refusant à Yann, le jeune pompier volontaire, le droit de s'engager au péril de sa vie, nous vidons de sa substance une existence qui avait pourtant trouvé, malgré sa terrible brièveté, tout son sens. Nous lui refusons le droit au dépassement, à la noblesse d'âme, alors même qu'il en a fait la preuve la plus absolue. Et nous envoyons à nos enfants un message désespérant: nous préférons qu'ils traînent leur vide existentiel devant des écrans abrutissants et dans des supermarchés dégorgeant leur futilité plutôt que de les voir se comporter en Hommes (avec cette majuscule qui englobe les genres), c'est-à-dire se montrer capables de grandeur.

Les traumatismes du siècle passé nous ont fait croire que Georges Brassens avait raison. Quelle erreur! Tuer pour des idées est monstrueux. Mais mourir pour des idées est immense car c'est le propre de l'Humanité. Et c'est sans doute la plus grande consolation des parents de Yann ou de nos soldats que de nous savoir, tous, conscients de cela.
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéMSN MessengerNuméro ICQ Photos pompiers du membre olivier1973
Antoine41
Modérateur
Modérateur


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 17 Fév 2006
Messages: 4196

MessagePosté le: 11 Nov 2012, 20:25 Répondre en citant Revenir en haut de page

J'ai fusionner avec le sujet qui en parle déjà...ici

A+

_________________
Un forum c'est comme une boîte de chocolat : on ne sait jamais sur quel Modo on va tomber!
Voir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéMSN Messenger Photos pompiers du membre Antoine41




Montrer les messages depuis:      
Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Autres sujets de discussions
Droit de retrait le 29/08/2005
Quand engager le 17 le 06/09/2005
Pourquoi s'en prendre aux pompiers ? le 12/11/2005
pourquoi? le 17/11/2005
Pourquoi??? le 06/02/2006
Droit des S.P. sur la route. le 11/03/2006
a-t-on le droit??? le 28/02/2006
sapeurs pompiers mineur le 30/08/2006


 Sauter vers:   

Pourquoi refuser aux SPV mineurs le droit de s'engager ?


Voir le sujet suivant
Voir le sujet précédent
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

pompier



.:: Forum Pompier : forum dédié au métier de sapeur pompier ::.
Création / Gestion : Evoclic - Copyright 2005 - 2015 - Tous droits réservés

Ce forum est destiné aux sapeurs pompiers et passionnés.
Tous les logos et marques sont des propriétés respectives.
Toute copie entière ou partielle de ce site peuvent faire l'objet de poursuite judiciaire.
Les propos tenus sont de la responsabilité de leurs auteurs.
Forum-pompier.com est déclaré à la cnil sous le numéro 1112890
Powered by phpBB © 2001, 2011 phpBB Group